Rugby: première pour Montpellier en Coupe d'Europe

le
0

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Pour le premier match de son histoire en H Cup, la Coupe d'Europe de rugby, Montpellier reçoit samedi la province irlandaise du Leinster, tenante du titre, au stade de la Mosson.

"On est très excité de découvrir cette nouvelle compétition", a déclaré le demi d'ouverture international François Trinh-Duc à l'issue de l'entraînement de mercredi.

"Jouer face au champion en titre, c'est stimulant, on a vraiment envie d'y être, on a hâte", a-t-il ajouté.

"On ne sait pas à quoi s'attendre, il y a beaucoup de jeunes dans l'effectif et très peu de joueurs qui ont déjà joué cette compétition-là. On va découvrir. On a les armes pour rivaliser mais on va dans l'inconnu", a reconnu le troisième ligne aile et capitaine Fulgence Ouedraogo.

"Je ne sais pas si on est prêt, on n'est jamais sûr, le début de saison aurait tendance à me faire dire non", a dit l'entraîneur Eric Béchu.

Montpellier est actuellement en méforme en Top 14, 12e du classement après dix journées (2 victoires, 1 nul, 6 défaites, 1 match reporté). Privé durant la Coupe du Monde de ses onze internationaux, le club héraultais a dû également faire face à de nombreuses blessures.

L'enjeu pour le finaliste du championnat de France l'an dernier est aussi de relancer sa saison.

"Il faut reconstruire une dynamique, un sentiment commun, et cela passe par des matches comme cela. Je pense que batailler face à l'une des meilleures équipes d'Europe, c'est le meilleur moyen de souder l'équipe et le groupe", a confié Fulgence Ouedraogo.

Face au Leinster, déjà vainqueur à deux reprises de la Coupe d'Europe (en 2009 et 2011) et comptant 106 matches dans la compétition, Montpellier va devoir retrouver ce qui avait fait sa force en Championnat de France la saison dernière : un mélange d'insouciance et de rigueur.

O'DRISCOLL ABSENT

"Déjà pour battre le Leinster, vu l'équipe qu'ils ont et le jeu qu'ils proposent, il faudra faire un exploit. La Coupe d'Europe demande beaucoup de concentration, d'application et d'énergie. Il faut soigner tous les détails", a précisé Fulgence Ouedraogo.

Les Irlandais s'avanceront au stade de la Mosson avec de nombreux joueurs internationaux comme l'explosif flanker Sean O'Brien ou l'ouvreur Jonathan Sexton, revenus de Nouvelle-Zélande après la défaite du XV du Trèfle en quart de finale de la Coupe du monde contre le Pays de Galles (22-10) en octobre dernier.

Mais ils devront se passer de leur leader emblématique, Brian O'Driscoll, opéré prochainement de l'épaule et qui sera absent au moins pour six mois.

"Il y a beaucoup de discipline à avoir vis-à-vis de tout ce qui est gestes d'antijeu ou gestes parasites, car cela ne pardonne pas. On a été très draconien avec les joueurs là-dessus", a expliqué Eric Béchu.

"On se dit qu'on va peut-être hausser notre niveau de jeu, un peu à l'instar d'un joueur de tennis qui joue contre plus fort que lui. Après, il y a toujours la possibilité de prendre 6-0 6-0", a-t-il continué.

Ce match face à l'une des équipes européennes les plus régulières depuis dix ans en H Cup aura lieu au stade de la Mosson, habituellement réservé aux footballeurs ou aux matches internationaux. L'enceinte peut accueillir plus de 30.000 spectateurs contre 12.000 dans le stade Yves du Manoir où évoluent les Montpelliérains en Top 14.

"Oui, c'est l'antre du football, mais cela reste le grand stade de la ville. Pouvoir y jouer avec notre club, c'est quelque chose d'inouï. J'espère que ce sera une belle fête", a conclu François Trinh-Duc.

Edité par Luc Folliet et Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant