Rugby : Plisson, un recentrage et ça repart ?

le , mis à jour à 09:55
0
Rugby : Plisson, un recentrage et ça repart ?
Rugby : Plisson, un recentrage et ça repart ?

Et si le déclic venait de là ? Et si, en positionnant Jules Plisson au centre de son attaque, ce soir (20 heures), face aux Roumains des Timisoara Saracens, pour la 2 e journée du Challenge européen, le Stade Français parvenait à relancer son habituel demi d'ouverture ? L'idée est séduisante et semble pertinente au moment où l'ouvreur de 25 ans court après son meilleur niveau. Celui qui l'a conduit au capitanat de l'équipe de France lors de la tournée en Argentine, l'été dernier. Seulement, depuis cette promotion, Plisson se montre moins convaincant. Pour ne rien arranger, il a été suspendu trois semaines mi-septembre après un carton rouge contre Castres. Et il vient de passer à travers sa première titularisation face aux Harlequins (43-21), la semaine dernière.

 

Il traverse une période charnière

 

« C'était dur pour lui, reconnaît Gonzalo Quesada, le manageur parisien. Il a pris un coup au moral, il était très déçu. On a beaucoup échangé. Mais il ne gamberge pas, il travaille dur, il reste positif. Je pense qu'il a pris le bon chemin donc il n'y a pas de panique. On va l'accompagner pour qu'il revienne très vite à son meilleur niveau. »

 

Face à la pénurie de centres — Danty convalescent, Doumayrou blessé, Waisea en vacances, Williams et Bosman surutilisés — et profitant du retour de sélection de Morné Steyn, le staff parisien a vu dans le changement de poste de Plisson « une bonne opportunité pour le relancer ».

 

« Ça lui enlève la pression, explique Quesada. C'est juste l'opportunité d'être sur le terrain, de se laver les idées et de jouer à un poste très sympa. Franchement, quand je lui ai dit qu'on songeait à cette option, il était très content. En plus, il y a plein de joueurs de ce profil-là : Farrell, Carter. » A l'approche des tests de novembre, et quand Camille Lopez et François Trinh-Duc font preuve de plus de constance, Plisson traverse une période ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant