Rugby - Pierre Salviac : Guy Novès fait du neuf avec du vieux

le
0
Pourquoi le nouveau sélectionneur n'a-t-il pas été tenté de virer la plupart des faux bons du Mondial, s'interroge Pierre Salviac.
Pourquoi le nouveau sélectionneur n'a-t-il pas été tenté de virer la plupart des faux bons du Mondial, s'interroge Pierre Salviac.

Au lendemain de la première journée du Tournoi 2016, un état des lieux me conduit à constater que la France est en situation de gagner le grand chelem après sa victoire sur l'Italie. Privilège qu'elle ne partage qu'avec une seule équipe : l'Angleterre. Curieusement, ces deux équipes ont été les deux sélections européennes les plus minables de la dernière Coupe du monde.Cela dit, que penser de cette victoire arrachée en dernière minute à la suite d'un drop manqué par le capitaine d'une équipe d'Italie, plus à son avantage que l'équipe de France lors du match inaugural du Tournoi 2016 ? Si marquer des essais d'ailiers constitue un mieux dans la forme de jeu du XV de France, parce qu'"à l'aile la vie est belle", ce progrès n'est pas suffisant pour me rassurer à la veille d'affronter l'Irlande, que la France n'a pas battue depuis quatre ans.

Des citrouilles, le rugby français n'en manque pas

D'ailleurs, Novès n'est pas dupe quand il déclare au cours de la conférence de presse d'après-match que transformer le Stade de France en maison de passes n'est pas un bilan suffisant pour envisager des jours meilleurs. Il a raison quand il rappelle que le jeu de mains est une belle promesse pour demain mais pas suffisant si ce jeu n'est pas influencé par les neurones, cette qualité qui manque le plus aux sélectionnés français.Je reconnais à Novès l'honnêteté intellectuelle de ne pas...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant