RUGBY. Parra : «L'essentiel est que la concurrence soit saine»

le
1
RUGBY. Parra : «L'essentiel est que la concurrence soit saine»
RUGBY. Parra : «L'essentiel est que la concurrence soit saine»

Son visage et ses jambes portent encore les traces de son combat européen dimanche avec Clermont face aux Saracens. Morgan Parra (26 ans) a néanmoins le sourire dans les couloirs de l'hôtel en bord de mer où le XV de France a pris ses quartiers pour une semaine de stage à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-orientales). Le demi de mêlée retrouve enfin les Bleus après avoir été absent de la dernière tournée de novembre. Il doit ce rappel à la «grosse contusion» au genou de Sébastien Tillous-Borde qui ne peut pour l'instant pas s'entraîner. En attendant de savoir s'il sera amené à rester avec le groupe ou à refaire bientôt ses valises, Parra revient sur sa situation.

Dans quel état d'esprit êtes-vous ?

MORGAN PARRA. Il y a eu une blessure de Titi (Tillous-Borde) qui passe des examens. C'est la loi du sport. Il faut que je sois prêt soit à aider ce groupe à travailler pour son match contre l'Ecosse (le 7 février) si je n'en fais pas partie. Soit à rester dans ce groupe. Mais pour moi rien ne change. Aujourd'hui j'ai le plaisir de retrouver l'équipe de France. Je viens avec «l'état d'esprit bonne humeur» et l'envie d'apporter.

Vous avez connu une fin d'année 2014 compliquée...

Oui il y a eu ce moment de novembre où je me suis fait les croisés postérieurs du coup j'ai galéré. Après les cartons rouges, suspension. Un peu tout quoi...

Vous êtes-vous senti maudit ?

Non, non pas maudit. C'est la carrière. Il en faut. C'est comme ça. J'ai eu pas mal de petites blessures qui font que vous n'avez jamais l'impression d'être à 100%. Ça a été une année difficile que ce soit psychologiquement, techniquement ou physiquement. Mais cela sert. Je pars du principe que cela fait partie de la vie d'un sportif. Il en fallait une et c'était celle-là. J'ai eu le chance de grandir avec ça.

En quoi cela vous a-t-il aidé ?

 À peut-être comprendre les choses, à être plus patient et avoir plus de recul.

«Une année ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wotan1 le lundi 26 jan 2015 à 18:22

    un exemple de fairplay et de modestie.Ca fait plaisir à lire.