Rugby: "on saura après l'Argentine", dit Philippe Saint-André

le
0
APRÈS LEUR SUCCÈS FACE AUX AUSTRALIENS, LES BLEUS SE TOURNENT VERS LES PUMAS
APRÈS LEUR SUCCÈS FACE AUX AUSTRALIENS, LES BLEUS SE TOURNENT VERS LES PUMAS

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - A peine réussi son examen d'entrée face aux Australiens, le nouveau XV de France se tourne vers un deuxième test au moins aussi difficile car l'Argentine, sur la lancée du Four Nations, a battu le Pays de Galles, meilleure équipe d'Europe, à Cardiff.

"Pour l'instant, on savoure. Ce n'est pas tous les jours qu'on met 30 points aux Australiens (33-6, samedi soir)", a déclaré le sélectionneur Philippe Saint-André à la presse, dimanche, au Centre national du rugby de Marcoussis.

"Ce soir debriefing, demain matin, on ferme le livre de ce bon moment, après, on pense aux Argentins."

Philippe Saint-André a donc précisé qu'il allait prendre son temps avant de décider de la composition du groupe qui aura la mission de rencontrer les Argentins à Lille samedi prochain.

"On va voir. On a entraînement cet après-midi, le corps médical travaille pas mal. On va avoir un débriefing avec les joueurs ce soir et il y aura une décision prise demain matin (lundi)", a-t-il dit.

Cette décision tournera autour des 23 ou 24 joueurs qui ont participé à la victoire sur l'Australie pour le premier test de la tournée d'automne.

La principale incertitude porte sur le cas du deuxième ligne Yoann Maestri, forfait pour le premier match à cause d'un "lumbago aigu" et remplacé par Sébastien Vahaamahina, mais qui est resté avec les Bleus.

"Maestri a passé une radio ce matin. Apparemment, il n'y a rien, donc c'est une bonne nouvelle mais on risque de continuer avec un groupe à 24 joueurs. On va prendre le temps de voir comment récupèrent les joueurs", a dit Philippe Saint-André.

"Il y a des petits bobos, des épaules, des yeux au beurre noir, du cuir chevelu. C'est normal quand tu mets de l'intensité et beaucoup, beaucoup de combat", a-t-il précisé.

"LE CAMPHRE ET LA PASSION"

De son analyse de la victoire sur les Wallabies, Philippe Saint-André a retenu "un match de haut niveau". "C'est le meilleur match depuis que j'entraîne", a-t-il dit.

L'ancien ailier et capitaine du XV de France dans les années 90 devenu entraîneur après la Coupe du monde 2011 a appuyé cette analyse sur une série de statistiques.

"Ça a été un match avec 45 minutes de temps effectif de jeu; 190 placages réussis de notre part, 10% de loupés, un petit peu plus parce qu'on doit être à 21 placages loupés. C'est des stats de haut niveau", a-t-il dit.

Elargissant son analyse, il a dit avoir "aimé l'investissement des 23, l'état d'esprit du Stade de France même s'il n'était pas plein, ce public qui était derrière l'équipe" parce que "quand tu donnes beaucoup sur le terrain, le public te le rend."

"J'ai aimé la remise des maillots et les larmes et l'émotion de Jean-Pierre Garuet et de Philippe Dintrans" (pilier et talonneur des années 80)", a-t-il enchaîné. "C'était bien de sentir le camphre des anciens et la passion des jeunes."

Philippe Saint-André a également noté que les Français avaient récupéré 12 ballons et franchi neuf fois la ligne de défense australienne. "C'est intéressant quand on sait qu'ils ont fait jeu égal avec les All Blacks (18-18 avant leur départ en Europe). C'était pas une équipe de village".

Comme au Stade de France, samedi soir, le patron du XV de France a fait du mot "humilité" un de ses leitmotivs.

"On a l'impression d'avancer. Est-ce qu'on a un groupe ? On va le savoir après l'Argentine", a-t-il dit. "On a franchi un col hors catégorie, il y en a encore un autre. Il va falloir être bon dans la récupération puis trouver beaucoup d'énergie".

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant