Rugby: Nallet et Bonnaire prêts à jubiler sous le maillot bleu

le
0
TOURNÉE D'ADIEUX DE NALLET ET BONNAIRE À L'ÉQUIPE DE FRANCE
TOURNÉE D'ADIEUX DE NALLET ET BONNAIRE À L'ÉQUIPE DE FRANCE

par Mathieu Baratas

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Lionel Nallet et Julien Bonnaire s'apprêtent à entamer, samedi face à l'Italie, un Tournoi des Six Nations en forme de tournée d'adieux à l'équipe de France.

Le Racingman Nallet et le Clermontois Bonnaire, 35 et 33 ans respectivement, ont décidé de ne pas attendre que leur âge justifie leur éviction et sont les premiers, parmi les mondialistes retenus par le sélectionneur Philippe Saint-André, à annoncer leur retraite internationale à l'issue du Tournoi.

Julien Bonnaire, 70 sélections depuis 2004 et deux Coupes du monde à son actif, va disputer son neuvième Tournoi des Six Nations consécutif.

"J'ai décidé d'arrêter ma carrière internationale après ce Tournoi pour plein de raisons", a dit vendredi le Clermontois, qui sera titulaire samedi en troisième ligne.

"C'est une décision qui a été réfléchie, j'ai envie de profiter au maximum et de tout donner pour ne pas avoir de regrets au bout et pouvoir me dire que le travail a été accompli."

Lionel Nallet, 70 sélections depuis 2000, deux Coupes du monde également, participera à son huitième et dernier Tournoi.

Absent de la liste des trente donnée début janvier par Philippe Saint-André, il a été rappelé à la suite du forfait de Romain Millo-Chluski, blessé à l'épaule, et sera titulaire en deuxième ligne face à l'Italie.

"Après ce Tournoi, cela va être dur de continuer avec l'équipe de France. Je peux dire que c'est mon dernier", a reconnu le joueur du Racing-Métro.

"Pendant la Coupe du monde, je n'allais pas dire que j'arrêtais si jamais on se faisait éliminer en phase de poule. Si on avait gagné la finale, j'aurais certainement arrêté. Là j'ai encore envie de jouer avec l'équipe de France. Les vieux s'accrochent. Je voulais voir aussi dans quel état j'allais revenir de la Coupe du monde."

"USURE"

Epargnés par les blessures, revigorés par la préparation physique de l'été, Nallet et Bonnaire sont considérés par le nouveau sélectionneur comme des premiers choix compte tenu de leur vécu et de leur niveau de performance.

Et tant qu'ils seront titulaires indiscutables dans leur club, les deux anciens Berjalliens restent sélectionnables aux yeux du nouvel encadrement du XV de France, ce dont se réjouit Lionel Nallet.

"L'usure mentale peut arriver à un moment donné. Je me suis demandé si je n'allais pas en avoir par dessus la tête du rugby. Et puis, non. A 35 ans, l'équipe de France fait toujours rêver. C'est un plaisir différent, on déguste", a-t-il souligné.

Fort d'un statut de leader chez les Bleus, Bonnaire aurait pu attendre avant de planifier sa retraite internationale.

Mais les sacrifices qu'exige une carrière internationale et l'envie de choisir l'heure de son départ ont pesé lourd.

"Oui, ça use. C'est aussi dur d'être loin de la famille. Il y a plein de raisons qui entrent en compte. Il y a un moment il faut savoir dire stop", a-t-il dit.

"Je préfère que ce soit moi qui prenne cette décision plutôt que ce soit par la force des choses plus tard. Je veux profiter de ce Tournoi, on pensera à autre chose après."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant