RUGBY-Mondial 2015: les médias australiens vers un boycott ?

le
0
RUGBY-Mondial 2015: les médias australiens vers un boycott ?
RUGBY-Mondial 2015: les médias australiens vers un boycott ?

Le ton monte entre World Rugby (ex-IRB), la fédération internationale et organisateur de la Coupe du monde (18 septembre-31 octobre) et les médias australiens. Ces derniers viennent de faire savoir lundi qu'ils se dirigeaient vers un boycott de la compétition qui se déroulera en Angleterre. Une annonce qui fait tâche pour une des nations majeures rugby, déjà titrée à deux reprises depuis 1987, date de la première Coupe du monde.

Des poids des médias partagent ce point comme News Corp qui appartient au richissime magnat Ruppert Murdorch mais aussi l'AAP (Australian Associated Press) et Fairfax Media (The Sydney Morning Herald et The Age).

La cause de la décision radicale des médias australiens ? Les droits sur les images jugés «déraisonnables». «L'AAP (Australian Associated Press, agence australienne de presse) n'est pas prête à renoncer à ce qu'elle considère comme des droits éditoriaux fondamentaux», a expliqué le rédacteur en chef de l'agence nationale, Tony Gillies. «Les conditions de l'organe dirigeant (World Rugby) limitent de façon déraisonnable les résumés vidéos des matches», a-t-il précisé. Le principal titre de News Corp., le quotidien The Australian estime de son côté que «les organisateurs imposent des restrictions draconiennes qui empêchent un journalisme indépendant».

Ces conditions pour obtenir l'accréditation de presse reviennent à «abandonner (ses) droits et obligations en tant que reporter et photographe», a ajouté le directeur éditorial de News Corp., Campbell Reid.

«Nous sommes déçus pour les supporteurs»

«Nous ne cherchons pas à filmer des vidéos dans les enceintes sportives, mais World Rugby veut nous dicter comment et quand montrer des images tournées à l'extérieur de ces enceintes», a-t-il expliqué.

Certains médias australiens avaient déjà boycotté la dernière Coupe du monde de rugby, en Nouvelle-Zélande en 2011, également pour dénoncer des restrictions sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant