Rugby. Mathieu Bastareaud : «Une bataille de 80 minutes nous attend»

le
0
Rugby. Mathieu Bastareaud : «Une bataille de 80 minutes nous attend»
Rugby. Mathieu Bastareaud : «Une bataille de 80 minutes nous attend»

De sa voix toujours douce, Mathieu Bastareaud s'est confié à l'heure de démarrer une année 2015 riche en événements. Pour lui, ce défi contre l'Ecosse sera particulier à plus d'un titre. Le joueur du RC Toulon (26 ans, 28 sélections) raconte pourquoi.

Que pensez-vous alors de ce nouveau maillot rouge ?

MATHIEU BASTAREAUD. J'ai eu la chance de le porter un peu avant les autres parce que je fais partie des mecs qui ont pu le tester. J'étais un petit peu surpris mais, bon, le rouge est une couleur qui fait partie du drapeau français, donc je ne suis pas plus choqué que ça. Et puis, j'ai l'habitude de jouer tous les week-ends dans cette couleur (rires) !

Etes-vous touché par son côté unique ?

C'est vrai que ça ne sera que la troisième fois que l'équipe de France portera ce maillot après 1958 et 1959, donc ça remonte ! Il y avait eu deux victoires (NDLR : contre l'Australie et l'Ecosse) alors j'espère qu'il nous portera chance. Je crois que les gens ont hâte de le voir. Nous, on a hâte de le revêtir parce qu'on a vraiment envie de faire quelque chose de bien contre l'Ecosse.

Pensez-vous que les supporteurs pourront quand même chanter « Allez les Bleus » ?

Il va falloir s'adapter mais, oui, bien sûr, ça sera toujours « Allez les Bleus ». C'est le chant qui nous motive et nous emballe le plus.

Après les événements de janvier en France, vous attendez-vous à une émotion particulièrement forte durant « la Marseillaise » ?

Je ne sais pas... On connaît l'atmosphère qu'il peut y avoir autour de tous ces symboles qui représentent la France. A nous d'être professionnels et de ne pas nous laisser submerger par l'émotion. Parce que « la Marseillaise » dure deux minutes mais, après, une bataille de 80 minutes nous attend.

A quoi pensez-vous pendant l'hymne ?

Il y a plusieurs choses qui passent dans ma tête. J'essaie surtout de ne pas me laisser prendre par l'émotion parce que les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant