Rugby : Marc Dal Maso souffre de la maladie de Parkinson

le , mis à jour le
0
Rugby : Marc Dal Maso souffre de la maladie de Parkinson
Rugby : Marc Dal Maso souffre de la maladie de Parkinson

Marc Dal Maso n'est âgé que de 48 ans. Celui que le grand public a redécouvert à l'occasion de la dernière Coupe du monde de rugby pour son travail remarquable sur la mêlée du Japon abritait un terrible secret. De retour dans l'Hexagone après sa pige au pays du Soleil Levant, l'ancien talonneur international (33 sélections entre 1988 et 2000) vient de révéler qu'il souffre de la maladie neuro-dégénérative de Parkinson.

Le monde du rugby avait appris avec surprise la fin de sa collaboration avec Mont-de-Marsan à la fin de la saison 2011-2012. Ce coup d'arrêt avait une raison : Dal Maso est à cette époque victime de «tremblements, très légers, mais qui représentaient effectivement les premiers signaux de la maladie». Poussé par sa sœur, il passe des examens et le diagnostic tombe en octobre 2012.

Dans l'interview au Midi-Olympique et à La Dépêche du Midi, l'ancien joueur révèle que les symptômes sont apparus «vers 30 ans», soit avant la fin de sa carrière achevée en 2003 à Perpignan.

L'ancien talonneur, qui s'est rappelé au souvenir de la France en faisant de la mêlée du Japon l'une des meilleures de la planète pendant la Coupe du monde, est persuadé que cette maladie ne lui est «pas (arrivée) par hasard». «Je ne sais pas exactement comment cela est arrivé, si ce sont les coups qui sont à l'origine de ma maladie, est-ce que ce sont les protéines qui sont dans le corps ?» s'interroge-t-il.

«Il y a des sports qui aident à avoir des maladies de cette sorte»

Le boxeur Muhammad Ali a développé le même type de symptômes après sa très longue carrière. D'où les interrogations de Dal Maso sur les multiples coups reçus à la tête pendant ses 15 ans à jouer au plus haut niveau avec Agen, Pau, Colomiers ou Perpignan. «Disons qu'il y a des sports qui aident à avoir des maladies de cette sorte. Le rugby en fait partie», ajoute-t-il, précisant que le médecin qui le suit n'a «pas de réponse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant