Rugby. Machenaud : « Ca aurait très difficile de s'en remettre »

le
0
Rugby. Machenaud : « Ca aurait très difficile de s'en remettre »
Rugby. Machenaud : « Ca aurait très difficile de s'en remettre »

Il a été accueilli en héros, ce samedi, au centre d’entraînement du Plessis-Robinson, par les supporteurs du Racing 92. Expulsé la veille, dès la 18e minute de la finale du Top 14, remportée contre Toulon (29-21), pour un plaquage dangereux sur Matt Giteau, Maxime Machenaud s’est confié quelques instant, avant de monter sur son scooter.

C’est bien d’être champion de France  ?

MAXIME MACHENAUD. «On a du mal à réaliser encore. Ca sera un statut différent qu’il va falloir qu’on assume. Le plus difficile c’est de confirmer. On sait qu’on sera attendu partout où on jouera.

Quel est le secret de votre groupe  ?

C’est un groupe de 45 joueurs qui travaille depuis le début de saison avec le staff, les médecins, la prépa physique, les vidéastes pour arriver à franchir un cap. Et je pense que, cette saison, on l’a franchi. On a un groupe vraiment solidaire. On est soudés, il y a quelque chose qui se passe.

Vos équipiers vous ont-ils bluffé à 14 contre 15  ?

Complètement. Je ne pensais pas qu’ils étaient capables de réaliser un match comme celui-ci. C’est exceptionnel.

Gardez-vous encore une part de frustration d’avoir été expulsé ?

J’ai été déçu de ne pas jouer, forcément, c’est ça qui me reste en travers de la gorge. Mais comme je dis  : l’essentiel c’est la victoire au bout.

Cela aurait été terrible sinon...

Oui, je m’en serais encore plus voulu et ça aurait très difficile de s’en remettre.

L’action a fait parler...

La faute y est. C’est comme ça. C’est le sport.

On vous a vu incapable de tenir en place en tribune...

Oui, c’était compliqué à vivre parce que forcément j’avais envie de la jouer cette finale, de prouver plein de choses. Qu’on m’empêche, ou que je sois interdit de la jouer, c’était dur à gérer.

Le titre européen sera le nouvel objectif  ?

Bien-sûr, il va falloir essayer d’aller chercher quelque chose ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant