Rugby: les Pumas entrent sur la grande scène du Four Nations

le
0
LES PUMAS VONT FAIRE LEUR ENTRÉE DANS LE FOUR NATIONS
LES PUMAS VONT FAIRE LEUR ENTRÉE DANS LE FOUR NATIONS

par Greg Stutchbury

LONDRES (Reuters) - Après dix ans de tractations mais aussi de bons résultats, les Pumas argentins ont enfin obtenu le droit de rivaliser avec les autres pays de rugby de l'hémisphère Sud et entament samedi le nouveau tournoi du Super Four contre les Springboks.

La rencontre aura lieu au Cap samedi, quelques heures après le premier match de la compétition qui opposera les Wallabies, vainqueurs du dernier Tri-Nations, aux All Blacks, champions du monde en titre.

Les quatre équipes se rencontreront en matches aller-retour jusqu'au 6 octobre. L'Australie et la Nouvelle-Zélande s'affronteront une troisième fois dans le cadre de la Bledisloe Cup qu'ils se disputent depuis 1932.

La grande nouveauté du Four Nations est l'arrivée de l'Argentine et la grande inconnue le comportement des Pumas.

Ils ont obtenu le droit d'entrer sur la pelouse des grands par de bonnes performances, 3e place lors de la Coupe du monde 2007, quart de finale en 2011 et des victoires contre la France en juin 2010 et 2012.

Lorsqu'il lui a été demandé ce qu'il attendait des Argentins, Bernard Lapasset, président de l'International Rugby Board (IRB), a répondu à Reuters: "Je ne m'attends pas à ce qu'ils jouent pour gagner (le tournoi), mais à ce qu'ils jouent très bien, qu'ils jouent pour mettre en question le résultat des matches jusqu'au bout."

"Ce qui est important, c'est qu'ils fournissent le meilleur rugby possible pour l'équipe d'Argentine", a-t-il ajouté.

Participer au Four Nations "est un aboutissement magnifique qui récompense la qualité des joueurs argentins, la qualité du travail fait par la fédération argentine."

ROBBIE DEANS SUR LA SELLETTE

Aucun mystère ne plane en revanche sur la façon dont les Springboks vont aborder leur premier match du Four Nations.

Leur nouveau sélectionneur Heynecke Meyer a été très clair. Fidèle à la tradition du rugby sud-africain, il demandera à son pack puissant et percutant de prendre le contrôle du match et à ses trois-quarts de le conserver et le concrétiser par un jeu au pied d'occupation du terrain.

La série de tests gagnés contre l'Angleterre en juin avec deux victoires et un match nul a été une bonne base de lancement pour les Springboks, mais beaucoup dépendra de leur ouvreur Morne Steyn, jugé en petite forme par certains observateurs.

Chez les All Blacks, l'heure est déjà à la préparation de la Coupe du monde 2015.

Le sacre de l'automne dernier laisse une certaine marge de manoeuvre au nouveau sélectionneur, Steve Hansen, mais lui donne aussi des obligations dans un pays qui a pris l'habitude de voir ses héros gagner tous leurs matches.

De tous les entraîneurs en présence c'est cependant celui des Australiens, Robbie Deans qui sera le plus observé.

La presse australienne a même écrit qu'après l'échec de la Coupe du monde, le Néo-Zélandais devra laisser la place si son équipe ne gagne pas le Four Nations ou au moins la Bledisloe Cup.

Malgré les trois victoires sur le Pays de Galles en juin, Robbie Deans, dont le contrat court jusqu'après la tournée des Lions britanniques en 2013, a des problèmes d'effectifs.

Il a dû demander au deuxième ligne Nathan Sharpe de reporter l'arrêt de sa carrière pour participer au tournoi à l'âge de 36 ans.

Les Wallabies devront également se passer de leur ouvreur Quade Cooper, qui tarde à se remettre d'une grave blessure à un genou.

Jean-Paul Couret pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant