Rugby : les Bleus n'ont pas lâché

le , mis à jour à 20:14
0
Rugby : les Bleus n'ont pas lâché
Rugby : les Bleus n'ont pas lâché

Le XV de France s'est imposé contre le Pays de Galles lors d'un fin de match incroyable, sur un essai de Chat transformé par Lopez (20-18). La dernière minute en a duré vingt en fait au gré des mêlées écroulées, des pénalités et des changements du joueurs à cinq mètres de la ligne galloise. Dans la confusion générale, l'arbitre a finalement accordé l'essai de la victoire à des Bleus qui finiront deuxièmes ou troisièmes du Tournoi.

Tout était bien parti. Très bien même. Agressifs, dynamiques, les joueurs de Guy Novès sont entrés on ne peut mieux dans le vif du sujet. Et ils ont mis les Gallois sur les talons, dès leurs premières attaques. Au bout de sept minutes à peine, un petit coup de pied à suivre de Lopez dosé à la perfection est repris en plein vol par Lamérat qui aplatit son premier essai du Tournoi après trois occasions ratées lors des matchs précédents. Les Bleus récitent leur rugby, rapide, aéré, inspiré. Lopez creuse l'écart sur pénalité (10-0, 16e). La dernière levée de la compétition s'annonce parfaite. Dans les tribunes, quelques drapeaux roses s'agitent. Des supporteurs du Stade Français et d'ailleurs manifestent leur opposition à la fusion annoncée entre le club parisien et le Racing 92. Le consultant de France 2, Fabien Galthié, ancien demi de mêlée du Stade Français, arbore une cravate rose et bleu. Les «Marseillaise» fleurissent. Un air de rébellion flotte sur le Stade de France.

Des mêlées à répétition

Il s'évanouit très vite cependant. Comme si les Bleus manquaient de carburant, dès la vingtième minute ! Devenus tout à coup passifs, les Tricolores retombent dans leurs travers. Ils jouent à deux à l'heure, balancent de grands coups de pied loin devant, offrant aux Gallois de magnifiques occasions de contre-attaquer, multiplient les maladresses et les fautes. L'arrière Halfpenny enquille ses pénalités et le Pays de Galles vire en tête à la 54e minute (12-10). Incapables ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant