RUGBY: les anciens jugent l'état du XV de France

le
0
RUGBY: les anciens jugent l'état du XV de France
RUGBY: les anciens jugent l'état du XV de France

Avant le choc, le crunch du 1er février contre le XV de la Rose au Stade de France, match d'ouverture du Tournoi des Six Nations, «Le Parisien»-«Aujourd'hui en France» a sondé trois anciens internationaux tricolores pour donner leur avis sur les Bleus à un an et demi de la Coupe du monde... en Angleterre.

Après une année 2012 encourageante et un millésime 2013 cauchemardesque (deux succès en onze matchs contre l'Ecosse et les Tonga), le staff des Bleus va devoir obtenir des certitudes cette fois dans le jeu et les résultats.

Qu'en pensent Abdelatif Benazzi (78 sélections), Raphaël Ibañez (98) et Pierre Villepreux (34), glorieux anciens qui posent un regard aiguisé sur la situation des coéquipiers de Pascal Papé.

Abdelatif Benazzi, 78 sélections (1990-2001) :

« Pour l'instant, il n'y a pas d'identité »

« Le XV de France a les moyens de réaliser un grand Tournoi. Même si ce sera très dur, il vaut peut-être mieux affronter l'Angleterre dès le premier match. Tout se jouera là. Après, avec la confiance et le calendrier favorable, tout sera possible. L'année 2013 a été très compliquée, même s'il faut reconnaître que cinq des huit défaites des Bleus ont été enregistrées contre les All Blacks ou les Springboks, les meilleures nations du monde. Cette équipe a besoin de résultats. Pour battre les Anglais, il faudra mettre de la vitesse et ne pas être obtus en pratiquant un jeu trop restrictif. Pour l'instant, il n'y a pas d'identité. C'est encore trop aléatoire. Mais, désormais, l'histoire de la préparation des internationaux est réglée, deux ans avant le Mondial. Philippe Saint-André a du temps, il connaît ses joueurs, il a tout pour lui. C'est maintenant qu'on peut le juger. »

Raphaël Ibañez, 98 sélections (1996-2007) :

« Ce Tournoi est une véritable chance »

«Depuis deux ans, on sent une vraie phase de construction. L'encadrement technique s'est d'abord ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant