Rugby: les All Blacks font planer l'ombre d'un boycott en 2015

le
0

par Patrick Johnston

AUCKLAND, Nouvelle-Zélande (Reuters) - En pleine Coupe du monde de rugby, les regards sont déjà tournés vers la prochaine édition en 2015, que les All Blacks menacent ouvertement de boycotter pour des raisons financières.

Sur le gazon, en attendant, la Géorgie a remporté son premier match de la compétition, en infligeant à la Roumanie sa quatrième défaite d'affilée (25-9), à Palmerston North.

Le patron de la Fédération néo-zélandaise de rugby (NZRU), Steve Tew, a mis en garde l'International Rugby Board (IRB), la plus haute instance du rugby mondial: les All Blacks pourraient renoncer au Mondial anglais en raison des pertes financières.

Selon Steve Tew, la participation de ses joueurs à la compétition coûte indirectement plus de 13 millions de dollars néo-zélandais (7,6 millions d'euros).

La faute, selon la NZRU, en revient à l'IRB qui impose des règles draconiennes lors des années de Mondial, aboutissant à l'annulation des tournées automnales en Europe et au raccourcissement du calendrier du Tri-Nations.

Prompte à réagir, l'IRB a publié un communiqué pour expliquer qu'elle avait engagé des négociations avec les équipes nationales afin de trouver un accord et éviter un retrait des All Blacks.

On peut avoir une assez bonne idée de la façon dont le pays réagirait, (les Néo-Zélandais) n'en seraient pas très heureux", a estimé le talonneur Keven Mealamu. "Ce serait désastreux pour nous, en tant que joueurs de rugby, de savoir que nous ne pourrions pas en être lors du prochain Mondial", a ajouté le joueur, capé plus de 80 fois.

LES CODES DE LA RUE

La Roumanie pourrait également manquer la prochaine Coupe du monde. Les Roumains sont assurés de finir à la dernière place de leur groupe et devront, quoi qu'il arrive, passer par les qualifications en 2015.

A condition de réaliser un exploit dimanche contre l'Argentine, la Géorgie peut encore espérer déloger les Pumas de la troisième place, directement qualificative pour la prochaine édition.

Pour ce faire, la Géorgie devra résister aux percée de l'arrière argentin Lucas Gonzalez Amorosino, titularisé après son essai providentiel inscrit sur le fil face à l'Ecosse.

Argentine, Angleterre et Ecosse: trois pays luttent toujours pour deux places en quarts de finale. Les deux nations européennes annonceront jeudi leurs équipes pour leur confrontation de samedi à l'Eden Park d'Auckland.

Une victoire, même étriquée, suffit à l'Angleterre pour s'assurer la première place de son groupe et gagner le droit de rencontrer, selon toute vraisemblance, le XV de France.

Les Bleus ont eu droit aux remontrances de David Ellis, l'entraîneur-adjoint chargé de la défense, qui juge ses joueurs "trop cleans" dans les phases de combat. "Il faut jouer un peu plus selon les codes de la rue", a prévenu l'Anglais de l'équipe de France.

Le Japon, lui aussi en difficulté dans les phases de combat, n'a pas fait mieux en quatre matches de compétition qu'un match nul 23-23 contre le Canada. Un bilan identique à 2007.

La page du mondial à peine refermée pour les Japonais, Tatsuzo Yabe, le président de la Fédération japonaise, a fait savoir que le contrat de son sélectionneur néo-zélandais, John Kirwan, avait pris fin.

Arrivé en Nouvelle-Zélande avec de grandes ambitions, le Japon, qui a remporté sa seule victoire en Coupe du monde en 1991 sur le Zimbabwe, a échoué dans sa tentative de mettre fin à vingt années de disette.

Le talonneur russe Valery Tsnobiladze, reconnu coupable d'un coup de tête assené à un joueur irlandais, a lui aussi fait des adieux sans gloire à la compétition, après sa suspension pour trois semaines.

Simon Carraud pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant