Rugby: les All Blacks en veulent toujours plus

le
0

JOHANNESBURG/BUENOS AIRES (Reuters) - La victoire dans le Four Nations, assurée la semaine dernière, ne suffit pas aux All Blacks néo-zélandais qui espèrent bien battre samedi les Springboks chez eux, à Soweto, pour asseoir un peu plus leur domination.

L'Afrique du Sud est la seule nation majeure de l'hémisphère Sud que les All Blacks n'ont pas battue lors de leur campagne victorieuse au Mondial 2011, et pour cause : ils ne l'avaient pas affrontée.

Depuis, la Nouvelle-Zélande a fait tomber son adversaire mi-septembre à Dunedin (21-11), mais sans vraiment dominer. D'autant plus que l'Afrique du Sud aurait pu s'imposer sans sa défaillance dans le jeu au pied qui lui a coûté 20 points.

Cette affiche de la dernière journée permettra donc à la Nouvelle-Zélande de montrer aux 94.700 spectateurs - en cas d'affluence maximale à Soccer City - qu'elle règne en maître sur le rugby mondial.

"Même si nous avons gagné le Four Nations, il nous reste un défi important à relever, celui d'affronter les Springboks chez eux. Ce sera un excellent test pour savoir où nous en sommes collectivement", a expliqué le capitaine Richie McCaw.

"Gagner sur le terrain de l'une des meilleures équipes du monde renforcera pour de bon notre statut de numéro un. Si nous ne gagnons pas, alors une partie de ce que nous avons réussi ira aux oubliettes."

"Notre objectif principal est d'être meilleur qu'il y a 12 mois (lors de la Coupe du monde)", a insisté le troisième ligne.

Pas plus que l'identité de leurs futurs adversaires, la foule ne semble terroriser les Blacks, y compris leur entraîneur Steve Hansen. Au contraire.

"Bien sûr, 90.000 personnes, ça fait beaucoup de bruit. Mais si on fait les choses comme il faut sur la pelouse, on peut les rendre muettes. Les joueurs sont excités à l'idées de jouer dans des stades comme celui-là", a-t-il dit.

Les Springboks n'ont plus grand-chose à espérer, si ce n'est de confirmer leur bon match le week-end dernier contre l'Australie. Ils ont en effet mis fin à une série peu reluisante de cinq défaites consécutives face aux Wallabies.

Argentine et Australie qui jouent dans la nuit de samedi à dimanche, en sont au même point : faire bonne figure pour leur dernière apparition dans la compétition cette année.

Ken Borland et Rex Gowar, Simon Carraud pour le service français, édité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant