Rugby: le XV de France entre sérénité et détermination

le
0
LE XV DE FRANCE SEREIN
LE XV DE FRANCE SEREIN

par Cécile Grès

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Le XV de France, réuni en stage pour quatre jours au Centre national de Marcoussis depuis dimanche, envisage avec sérénité la tournée d'automne qui le verra recevoir la Nouvelle-Zélande, les Tonga et l'Afrique du Sud.

A quarante jours du premier match contre les All Blacks, le 9 novembre au Stade de France, le sélectionneur Philippe Saint-André et ses joueurs découvrent le bonheur de s'entraîner sans pression mais font preuve de détermination.

"D'habitude, quand on prépare un test-match en cinq jours, on va à l'essentiel. Là, on a le temps de travailler les détails, de faire des entretiens individuels, d'échanger et d'entretenir la cohésion de groupe", dit Philippe Saint-André.

Ce regroupement inhabituel marque avant tout le lancement d'un programme établi par Julien Deloire, préparateur physique du XV de France appelé "parcours d'état de forme".

"On met en place ce suivi qui va durer jusqu'à la Coupe du monde 2015, ça permettra de mieux jauger les performances", a-t-il expliqué.

Il s'agit donc de la première fois que le XV de France se réunit loin de toutes compétitions, Philippe Saint-André profitant de la règle 9 de l'IRB qui autorise une équipe nationale à se retrouver trois jours pour un stage "vacant".

"Le plus on peut être ensemble le mieux c'est. On peut avoir trois jours, on les prend. On essaye d'optimiser en essayant de travailler le mieux possible avec les joueurs sans les tuer car on sait qu'ils ont des échéances importantes avec leur club. Mais, on est l'équipe de France, on a besoin de bosser!" a expliqué le sélectionneur.

L'ancien international doit en effet faire face à la grogne des clubs et répond ainsi à Guy Novès, manager du Stade Toulousain, qui s'était agacé de devoir laisser partir neuf internationaux, de ne les récupérer que le jeudi avant un Perpignan-Toulouse, dans un match du Top 14 samedi soir.

"FRAÎCHEUR ET ENVIE"

Mais après un mauvais Tournoi des VI Nations 2013 dont ils ont terminé derniers - une victoire, trois défaites, un nul - et une tournée en Nouvelle-Zélande désastreuse, les Bleus ont besoin de redorer leur blason.

Le 9 novembre contre les All Blacks au Stade de France, le 16 au Havre face aux Tonga et le 23 devant l'Afrique du Sud, de nouveau dans l'enceinte de Saint-Denis, il faudra montrer autre chose que lors des dernières sorties.

"L'objectif de cette tournée, c'est de rivaliser et gagner face à deux des meilleures nations au monde mais aussi les Tongiens qui nous ont battus lors du dernier Mondial", a prévenu le sélectionneur.

Et même s'il reste quarante jours avant le premier test, il a commencé à faire monter la pression tout en profitant aussi de la décontraction des joueurs.

"Il y a un petit peu moins de pression mais dès qu'on commence à parler de la Nouvelle-Zélande et de ce qu'on voudrait mettre en place, il y a vraiment de la concentration, une détermination", se félicite Philippe Saint-André.

"Les mecs ont envie de faire partie de l'aventure et des 23 pour la tournée du mois de novembre. C'est très bien. Il y a une fraîcheur et une envie de représenter les Bleus."

Depuis le début de son mandat, le successeur de Marc Lièvremont n'a pas convaincu, comptant sept victoires pour neuf défaites et deux nuls. Mais il avance une excuse.

"On est la seule grande nation du rugby à ne pas avoir de deal avec la Ligue Nationale. Vu qu'on n'a pas d'accord, on fait comme les Fidjiens, les Tongiens ou les Samoans, on utilise la règle 9 de l'IRB pour bosser."

Reste à voir si cela portera ses fruits.

(Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Gilles Trequesser)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant