Rugby: le XV de France commence par le sommet

le
0
LE XV DE FRANCE FACE AUX ALL BLACKS EN OUVERTURE DE LA TOURNÉE D'AUTOMNE
LE XV DE FRANCE FACE AUX ALL BLACKS EN OUVERTURE DE LA TOURNÉE D'AUTOMNE

PARIS (Reuters) - Le XV de France ouvre samedi au Stade de France sa série de tests automnaux par l'obstacle le plus haut, la Nouvelle-Zélande, invincible cette année, qu'il se sent enfin en mesure de franchir.

La quatrième confrontation en quelques mois entre les deux nations accouchera du même résultat que les trois premières si les hommes de Philippe Saint-André ne sont pas bien meilleurs qu'ils ne l'ont été jusqu'à lors en 2013.

Aux 11 victoires des All Blacks dans l'année répondent trois défaites tricolores dans le Tournoi des Six Nations pour une dernière place au final, puis trois nouveaux revers en terre néo-zélandaise, en juin.

Tombé avec les honneurs lors du premier match (23-13), corrigé lors du second (30-0), courageux lors du troisième (24-9), le XV tricolore avait soufflé le chaud et le froid d'Auckland à New Plymouth, au gré de changements et d'essais.

Philippe Saint-André y avait trouvé assez de motifs de satisfaction pour, novembre venu, faire confiance aux mêmes hommes, dont l'ouvreur Rémi Talès, deux sélections, ou le jeune arrière Brice Dulin (23 ans, sept sélections).

"Ça n'a pas été compliqué de choisir mon XV de départ, on voulait être cohérent, dans la continuité de ce qu'on a fait en juin", a expliqué Philippe Saint-André, qui a profité de trois stages en début de saison pour faire sa revue d'effectif.

"ON S'EN FOUT DES BLACKS"

Puisque la dynamique et l'expérience sont néo-zélandaises -la première ligne black totalise 264 capes, celle des Bleus 86 dont 62 pour le seul Nicolas Mas, la France devra trouver d'autres ressorts.

Sa conviction de pouvoir battre ce rival pour la première fois depuis 2009 n'en sera pas le moindre et durant la semaine, les joueurs se sont appliqués à rappeler que non, les All Blacks n'étaient pas parfaits.

"Les Blacks, ils ont des failles comme tout le monde, notamment sur leurs positionnements à l'avant. Tout le monde sait ce qu'il y a à faire", a ainsi relevé le troisième ligne Wenceslas Lauret avant de connaître sa quatrième sélection.

Autre espoir, Brice Dulin juge que ses partenaires ont retenu les leçons de la tournée précédente. "En juin, peut-être que l'admiration nous freinait un peu. Cette fois, c'est différent", a-t-il assuré.

Ce qui change? Le retour, entre autres, de Morgan Parra qui avait, dans un rôle alors inédit d'ouvreur, conduit le XV de France jusqu'à une finale de Coupe du monde 2011 perdue d'un point face à une Nouvelle-Zélande pourtant à domicile.

Le Clermontois, qui formera avec Talès une charnière inédite, a été choisi pour ses qualités de buteur et sa déjà longue carrière sous le maillot bleu.

Pascal Papé, qui avait manqué la tournée de juin, fera aussi un retour remarqué et appelle ses coéquipiers à ne pas trop se concentrer sur l'adversaire.

"On ne parle que d'eux et du fait que ce soit la meilleure équipe du monde. Nous sommes au courant! Moi, je préfère parler de nous. A la limite, on s'en fout des Blacks", a-t-il lancé cette semaine.

"Il faut qu'on ait un état d'esprit exceptionnel. J'ai la conviction que l'équipe de France peut l'emporter."

Si elle y parvient, ce serait une première à domicile depuis novembre 2000. C'est dire la hauteur de l'obstacle.

Cécile Grès et Gregory Blachier, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant