RUGBY. Le Stade Français inflige une correction à Toulon (23-0)

le
0
RUGBY. Le Stade Français inflige une correction à Toulon (23-0)
RUGBY. Le Stade Français inflige une correction à Toulon (23-0)

Après la correction reçue à Bègles-Bordeaux (45-23, 2 essais), le Stade Français devait une revanche à ses supporteurs échaudés par ce faux-pas aux allures de déroute. C'est chose faite et de quelle manière grâce à une victoire samedi à Jean-Bouin sur le champion d'Europe toulonnais et leader du Top 14 à l'occasion de la 13e journée. Nul doute que Bernard Laporte, l'entraîneur du RCT goûtera peu cette défaite sans même un point de bonus à se mettre sous la dent. les Varois préparent surtout de la plus mauvaise des façons un déplacement la semaine prochaine en H Cup à contre le talentueux club anglais d'Exeter.

Après une première période sans relief de part et d'autre (3-0), le demi-d'ouverture parisien Jules Plisson, excellent samedi, a marqué le premier essai (58e) en s'engouffrant dans un intervalle entre Martin Castrogiovanni et Frédéric Michalak, qui est resté muet sur ce match malgré deux pénalités en sa faveur.

Julien Dupuy s'est chargé de transformer, après avoir inscrit trois pénalités (22e, 44e, 48e). Geoffrey Dumayrou a parachevé la victoire du Stade Français avec un second essai en toute fin match (80e), transformé par Morné Steyn, entré en jeu dix minutes auparavant.

Du coup Clermont a l'assurance de finir champion d 'automne avec 40 points après sa victoire contre Perpignan (23-30) même en cas de victoire bonifiée de Toulouse. «On sort d'un mois et demi assez difficile. Avec la victoire de Clermont hier soir on ne pensait pas forcément être dans les 6 ce soir, s'est félicité Jules Plisson. Les hommes de Gonzalo Quesada redeviennent à un point (36) de leurs adversaires du jour.

«Ça fait toujours mal, a reconnu le centre du RCT Matthieu Bastareaud au micro de Canal +. Mais le Stade a fait un gros match. Il n'y a rien à dire. On n'a pas réussi à "scorer", en mêlée on a été chahuté, avec tout ça difficile de gagner. On repart avec la tête basse et la musette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant