RUGBY. Le rêve brisé du Racing face aux Saracens

le
0
RUGBY. Le rêve brisé du Racing face aux Saracens
RUGBY. Le rêve brisé du Racing face aux Saracens

Il ne restait que huit secondes à jouer. Le Racing menait 11-9 et se dirigeait vers un succès chèrement acquis. Et puis Machenaud a servi Claassen pour gagner du temps. Et puis l'arbitre M. Owens a offert la pénalité de la gagne aux Anglais. De 40m, dans l'axe, Marcelo Bosch a mis un terme aux rêves des Ciel et Blanc en réussissant son coup de pied. Vainqueurs sur le fil 12-11, ce sont donc les Saracens qui affronteront Clermont, au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne, dans quinze jours.

Dans un stade Yves-du-Manoir prêt à s'enflammer à chaque envolée des siens, les Anglais prennent d'entrée une courte avance avec une pénalité de leur demi d'ouverture Charlie Hodgson (0-3, 6e). Portés par leur public venu en masse (12 113 spectateurs) malgré l'horaire inhabituel du match, les Ciel et Blanc partent à l'attaque. Mais ils en ressortent plein de frustration. L'arbitre gallois M. Owens refusant malgré la vidéo de siffler une obstruction sur Thomas (11e) et d'accorder un essai à Szarzewski (16e).

Finalement, après un carton jaune pour le troisième ligne anglais Hamilton (26e), les Franciliens marquent un essai par Machenaud opportuniste (5-3, 27e). Malheureusement la transformation tentée par Sexton tape le poteau gauche.

Les Anglais, finalistes l'an dernier, laissent passer deux occasions, Hodgson manquant deux pénalités (32e, 34e). La troisième, réussie, permet aux Saracens de rentrer aux vestiaires en tête (5-6, 40e).

Macheneud décisif jusqu'à 8 secondes de la fin

Malgré le vent favorable en seconde période, le Racing concède une nouvelle pénalité que Goode passe facilement (5-9, 47e).

Surpris d'être remplacé si tôt par Alexandre Dumoulin (52e), Jamie Roberts assiste des tribunes à la formidable percée de Dulin conclue par un en-avant d'Imhoff à un mètre de la ligne d'en-but (53e). L'ailier argentin cède à tour sa place pour un protocole commotion (58e). Goosen entre à l'arrière et Dulin passe à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant