Rugby : le retour joyeux du Racing

le
0
Rugby : le retour joyeux du Racing
Rugby : le retour joyeux du Racing

Des visages marqués, des traits tirés, mais une satisfaction palpable : les joueurs du Racing 92, qualifiés pour la finale du Top 14, après leur incroyable succès vendredi contre Clermont (34-33 après prolongation), se sont retrouvés ce samedi matin, en gare de Rennes, pour leur voyage retour vers Paris.

Dans l'enceinte bretonne en plein travaux, les Franciliens ont un peu peiné à trouver leur chemin en raison du retard d'une heure de leur train. Finalement, avec la complicité de Marc Andreu et Yannick Nyanga, les plus habiles pour déchiffrer les panneaux d'informations, ils ont eu la bonne surprise de constater qu'un train de remplacement avait été programmé à la même heure.

Pendant l'attente en haut du quai, la bonne humeur était évidemment de rigueur. Brice Dulin en a ainsi pris pour son grade lorsque ses partenaires ont découvert une terrible bosse sur son front, souvenir d'un choc avec un Clermontois. «Mais non, il s'est fait faire des implants !» a chambré un joueur. Arnaud Tourtoulou, directeur général du club, a distribué des sandwichs. Dan Carter a mis le sien dans sa valise avant de se plonger sur son smartphone.

Café à la main, Juan Imhoff, auteur de l'essai de la victoire, est apparu fort détendu. Tout comme le pilier néo-zélandais Ben Tameifuna, qui avait toutefois baissé le volume de la musique de son enceinte portable qu'il ne quitte jamais.

Luc Ducalcon, victime d'un choc impressionnant, avait un peu mal à la tête mais espérait pouvoir participer à la finale, vendredi prochain, à Barcelone. Benjamin Dambielle, et les autres convalescents (Dumoulin, Thomas) sont arrivés ensuite en retrouvant avec plaisir leurs camarades. Dambielle a pris des nouvelles du coude de Machenaud, touché la veille. «J'ai un peu mal mais ça va aller», a répondu le demi de mêlée.

Tout le monde s'est ensuite dirigé vers le quai. Sauf Juandre Kruger et Mike Phillips partis prendre un café à l'écart. Ils ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant