Rugby : le Racing au bout du suspense

le , mis à jour à 11:47
0
Rugby : le Racing au bout du suspense
Rugby : le Racing au bout du suspense

Ils tombent à genoux, les uns après les autres. Ils sont tous allés au bout de leurs forces, au fin fond d’une prolongation qui les a laissés exsangues. Les Racingmen, heureux et magnifiques. Les Clermontois, meurtris mais magnifiques également. Au bout de ce duel poignant, indécis, échevelé, haletant comme rarement à ce stade de la compétition, le Racing a gagné le droit de disputer la finale du Top 14, vendredi prochain à Barcelone, contre le vainqueur de Toulon - Montpellier, qui se jouera ce soir, sur cette même pelouse du Roazhon Park de Rennes.

 

« J’avais assisté à un match de foot au Camp Nou comme spectateur, j’y reviens comme joueur, c’est fabuleux », souffle le trois-quarts centre Henry Chavancy. Au moins, il y aura eu du jeu et ce n’est pas le moindre des mérites de cette demi-finale. A l’heure où le rugby du Top 14 est montré du doigt pour son côté restrictif, sa propension à glorifier les bulldozers et à enfermer ses gazelles dans des cages trop rigides, la bouffée d’air pur reniflée en Bretagne a tout du ballon d’oxygène.

 

Première finale depuis 1990 pour les Ciel et Blanc

 

Et il est enivrant pour les Ciel et Blanc. Jacky Lorenzetti, leur président, s’est même offert une belle cure de jouvence en revenant au vestiaire. Debout, sur une table, au milieu de ses joueurs, l’homme d’affaires a dansé et chanté « On est en finale », heureux comme un gamin qui croit toucher son rêve. Toute une saison défile alors devant les Racingmen. Sous la nuit noire et froide tombée sur la Bretagne, ils ont chaud au coeur. Les images se succèdent : le championnat démarré en fanfare en pleine Coupe du monde, les minots Chat, Dussartre ou encore Chauveau, qui s’affirment, l’éclosion de Goosen, l’arrivée de Carter, champion du monde avec les All Blacks dont l’aura transforme ceux qui le côtoient... « C’est une énorme victoire obtenue à l’issue d’un scénario ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant