Rugby: le Mondial 2015 fait déjà tourner les têtes

le
0

par Mitch Phillips

LONDRES (Reuters) - Les matches que disputeront les principales nations du rugby mondial au long du mois de novembre seront d'autant moins amicaux - vocable que goûte peu ce sport - qu'il s'agira de désigner les têtes de séries pour la Coupe du monde 2015.

Près de 40 test-matches sont au programme entre les puissances invitantes de l'hémisphère Nord et celles de l'hémisphère Sud, les plus importants des trois prochaines années avant la grande réunion de famille en Angleterre.

La Nouvelle-Zélande, auréolée de sa victoire dans le premier Four Nations, devrait quoi qu'il arrive figurer à la première place mondiale lors du tirage au sort, à Londres, le 3 décembre.

Deuxièmes au classement de l'IRB (International Rugby Board, instance dirigeante mondiale), les Wallabies australiens sont eux aussi à peu près sûrs de conserver leur rang. Et donc d'obtenir l'un des quatre billets tant convoités.

Derrière, quatre équipes doivent se partager les deux places restantes : l'Afrique du Sud (troisième), l'Angleterre (quatrième), la France (cinquième) et le Pays de Galles (sixième).

Mais puisque les Sud-Africains partent avec une longueur d'avance et les Gallois avec une longueur de retard, la mêlée pourrait bien se résumer à un duel qui ne dit pas son nom entre les Anglais et les Français. Et chacun joue gros.

Les nations au-delà de la quatrième place seront reversées dans la poule de l'une des quatre têtes de série et, par conséquent, devront emprunter un chemin tortueux pour espérer aller en finale dans trois ans.

Pour les équipes de rang inférieur - l'Irlande, l'Argentine, l'Ecosse, les Samoa, l'Italie et les Tonga - l'objectif du mois de novembre sera de finir entre la quatrième et la huitième places. Une telle distinction offrirait à ces équipes une bonne chance d'accéder aux quarts de finale.

RECORD DE MÉDIOCRITÉ

Les entraîneurs des sélections concernées ne voient pas aussi loin.

"Nous devons juste nous occuper de nos performances, ce qui aura une influence sur les résultats et les résultats auront une influence sur le classement", a prévenu le patron du XV d'Angleterre, Stuart Lancaster.

Menu chargé pour sa troupe. Les Anglais accueilleront tour à tour les Fidji, l'Australie, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande pour finir, le 1er décembre.

Programme à peine plus léger pour la France : Australie samedi, puis Argentine et Samoa. Au moins les joueurs de Philippe Saint-André s'épargnent-ils une réédition de la finale de la Coupe du monde 2011, depuis laquelle les All Blacks n'ont montré aucun signe de gueule de bois.

Le grand débarquement en Europe des nations de l'hémisphère Sud n'aura rien d'une visite de courtoisie compte tenu des enjeux comptables et de l'historique qui penche nettement en leur faveur.

Depuis le Mondial 2007, les équipes du VI Nations ont perdu 31 de leurs 38 matches à domicile face à la Nouvelle-Zélande, l'Australie et l'Afrique du Sud. Un record de médiocrité : elles n'ont jamais fait moins bien de ce côté-ci de l'équateur.

Seule nation du Nord à avoir été en mesure de contester l'hégémonie du Sud, au point de remporter la Coupe du monde en 2003, l'Angleterre devra éviter de trébucher si elle veut conserver sa quatrième place.

Tout en priant pour que les Bleus et les Gallois ne fassent pas un sans-faute.

Le Pays de Galles accueillera successivement l'Argentine samedi, les Samoa, la Nouvelle-Zélande et l'Australie. Avec pour mission de faire oublier l'échec de leur tournée en Australie en juin, qui s'était soldée par trois revers.

Simon Carraud pour le service français, édité par Grégory Blachier et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant