Rugby: la défaite face au Munster pèse encore sur Perpignan

le
0

par Cécile Grès

PARIS (Reuters) - Perpignan se déplace à Castres, samedi, le coeur encore lourd après la cruelle défaite dans les dernières secondes face au Munster (18-17) qui a scellé son élimination en Coupe d'Europe la semaine dernière.

"Se prendre un essai, comme ça, sur la sirène, ça fait mal. C'est sûr que le lundi, tu arrives à l'entraînement un peu contrarié", déclare le talonneur Romain Terrain dans une interview accordée par téléphone.

La déception a été d'autant plus grande que l'USAP retrouvait la grande Coupe d'Europe avec des ambitions après avoir été confiné pendant deux ans au Challenge Européen.

"On ne va pas pleurer des jours entiers, la Coupe d'Europe, c'est terminé pour nous, c'était une belle expérience où nous avons pu progresser et faire de belles choses, désormais, on se concentre sur le Top 14", poursuit Romain Terrain.

Les Catalans savent qu'un calendrier impitoyable les attend.

Actuels neuvièmes du championnat à quatre points du premier barragiste, Montpellier, ils se rendront au Stade Français après leur déplacement à Castres avant de recevoir Bayonne et d'aller à Grenoble.

"On savait qu'on aurait un mois de décembre compliqué, on se déplaçait au Munster dans le légendaire Thomond Park avant de les recevoir chez nous, puis on va jouer deux fois à l'extérieur en championnat chez des concurrents directs aux barrages", résume Romain Terrain.

Pour compliquer le tout, l'USAP a besoin de victoires. Le club n'a plus gagné en Top 14 depuis le 26 octobre et a accumulé trois défaites, à Oyonnax (22-9), Toulon (15-9) et lors de la réception de Clermont (30-23) et il a perdu quatre places au classement.

LA VIE SANS LOPEZ

"Les défaites, il faut s'en servir comme rampe de lancement, on va tirer des enseignements, je ne suis pas inquiet à ce sujet, je crois qu'une défaite sert toujours à quelque chose", analyse pourtant Romain Terrain.

"Je pense qu'à chaque fois qu'on a perdu, on n'a rien eu à se reprocher en termes d'état d'esprit et d'engagement, et c'est de ça dont il faut se servir."

Les Catalans vont donc miser sur la cohésion car le club compte de nombreux blessés, et pas des moindres : le 3e ligne Bertrand Guiry, le deuxième ligne Romain Taofifenua et surtout l'ouvreur international Camille Lopez, dont la saison s'est terminée sur une rupture des ligaments croisés à Limerick la semaine dernière.

"C'est un coup dur, oui, mais j'ai envie de me dire qu'on a un groupe homogène, il y en a qui entrent, d'autres qui sortent parce qu'ils sont blessés, suspendus ou en congés, c'est ainsi, ce n'est pas un problème", soutient néanmoins Romain Terrain.

Le manager Marc Delpoux a, en effet, lancé avec succès quelques jeunes joueurs comme le demi de mêlée Tom Ecochard, ancien pensionnaire du Pôle France, ou encore Tommy Allan, demi d'ouverture de 20 ans, récemment appelé à jouer avec la sélection italienne pour les tests de novembre.

La jeunesse aura un rôle à jouer car depuis sa finale de Top 14 perdue en 2010 face à Clermont, Perpignan, sept fois champion de France, n'a plus jamais accédé aux barrages.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant