Rugby : L'heure des excuses pour Ali Williams

le
0
Rugby : L'heure des excuses pour Ali Williams
Rugby : L'heure des excuses pour Ali Williams

Près de cinq jours après avoir été interpellé à la sortie d’une boîte de nuit de la Capitale en possession de 2,4 grammes de cocaïne aux côtés d’une autre star du Top 14 l’arrière australien de Toulon James O’Connor, Ali Williams a présenté ses excuses sur son compte Twitter.

« J’ai fait une grosse erreur, je suis désolé. J’ai l’impression d’avoir laissé tomber notre communauté bien aimée du rugby. J’en assumerai les conséquences, merci pour tout le soutien », a posté mercredi soir l’international néo-zélandais dans un message intégralement en anglais rédigé quelques heures après que le deuxième ligne des All Blacks et du Racing 92 a appris de la bouche de ses dirigeants qu’il avait été destitué de son rôle d’ambassadeur du club. Redevenu joueur cet été, Williams avait été enrôlé dans un premier temps pour faire la promotion du club francilien mais aussi des vins du président du Racing Jacky Lorenzetti. « Ali a été reçu par les responsables, par le président, et les décisions ont été prises, avait expliqué dans la journée l’entraîneur Laurent Travers. Quand on fait quelque chose qui est inexcusable, il est totalement logique qu’il y ait sanction. Et point barre. Il n’y a pas besoin de communiquer dessus. Il arrive que des gens fassent des erreurs, il a fait une erreur. Mais ce n’est pas parce qu’il a fait une erreur, qu’il faut de suite mettre les gens en pâture. A un moment, on est des êtres humains, il arrive que l’on fasse des erreurs. Il y a des erreurs qui sont excusables, d’autres qui ne le sont pas. Là, l’erreur est inexcusable, donc il est logique qu’il y ait une sanction derrière. »

Pour rappel, Ali Williams, le deuxième ligne néo-zélandais du Racing 92, et O'Connor avaient été arrêtés dans la nuit de vendredi à samedi dernier devant l'entrée d'une célèbre boîte de nuit parisienne après avoir été pris en flagrant délit de possession de cocaïne. Au moment où elles ont été arrêtées sur les coups de 3 heures du matin dans cet établissement situé avenue de la Grande Armée, dans le VIIIeme arrondissement, ces deux stars du Top 14, ex-coéquipiers à Toulon, se trouvaient en effet en possession de deux grammes de cocaïne. Les deux rugbymen avaient ensuite été placées en garde à vue au commissariat du XVIIeme arrondissement, d’où ils sont ressortis dimanche soir après que leurs gardes à vue ont été levées. Le Néo-Zélandais et l’Australien, d'abord placés en cellule de dégrisement pendant quelques heures (la garde à vue ne leur a été notifiée qu'une fois dissipés les effets de l'alcool), devront répondre prochainement devant le tribunal d'accusations d'« achat de produits stupéfiants » pour l'un (Williams) et d'« usage » pour l'autre (O'Connor). A noter que ce n’est pas la première fois que James O’Connor fait parler de lui hors des terrains. En 2013, le joueur du RCT avait été interdit d’embarquement avec les Wallabies pour avoir bu trop d’alcool. Depuis, il n’est plus réapparu en sélection australienne.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant