Rugby: l'éviction d'O'Driscoll des Lions fait scandale en Irlande

le
0
BRIAN O'DRISCOLL ÉVINCÉ DES LIONS
BRIAN O'DRISCOLL ÉVINCÉ DES LIONS

DUBLIN (Reuters) - L'éviction de Brian O'Driscoll de l'équipe des Lions pour le troisième test de leur tournée en Australie fait scandale en Irlande auprès des supporters, des anciens joueurs et même des dirigeants politiques.

Le centre, que les Irlandais adorent sous ses initiales de BOD et le slogan "In BOD we trust" inspiré du "In God we trust" américain, ne sera même pas sur la feuille de match.

Le sélectionneur néo-zélandais Warren Gatland l'a évincé pour la première fois en 14 ans après 133 sélections - 125 pour l'Irlande, huit pour les Lions - et à quelques jours du test qui devait marquer la fin de sa carrière.

L'émotion est d'autant plus grande en Irlande que BOD avait été titulaire lors des deux premiers tests de sa quatrième tournée des Lions et semblait promis au capitanat en raison des forfaits pour blessure du Gallois Sam Warburton, titulaire du poste, et de l'Irlandais Paul O'Connell, vice-capitaine.

Warren Gatland lui a en fin de compte préféré deux joueurs du Pays de Galles dont il est également le sélectionneur, Jamie Roberts au poste de centre et le deuxième ligne Alun Wyn Jones comme capitaine.

Gatland a décidé d'aligner dix Gallois pour trois Irlandais et deux Anglais dans son XV de départ avec un seul Ecossais sur le banc ce qui lui a valu d'être accusé de n'avoir pas respecté les traditions des Lions par Keith Wood, autre grande gloire du rugby irlandais.

"Je pense qu'il a pris à contre-pied tout ce que représentent les Lions qui sont la sélection de quatre pays, Angleterre, Ecosse, Galles et Irlande. Il fait du tort aux Lions", a dit l'ancien talonneur et capitaine du XV d'Irlande qui a fait partie de la dernière tournée victorieuse des Lions en 1997.

"Je suis furieux pour les Lions et je suis vraiment furieux pour Brian. Pour être brutalement honnête, je dirai que Brian donne plus aux Lions que Warren Gatland".

L'affaire a dominé tous les réseaux sociaux et le hashtag #justiceforBOD est devenu de loin le plus populaire sur Twitter.

Même le vice-premier ministre nord-irlandais Martin McGuinness est entré dans le débat en twittant qu'il était "abasourdi" par la décision de Warren Gatland.

Brian O'Driscoll avait lui aussi réagi sur le réseau. "Je suis malade d'être laissé à l'écart du test décisif mais maintenant il faut préparer les gars", a-t-il écrit.

Padraic Halpin, Jean-Paul Couret pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant