RUGBY: l'Australie, une équipe en pleine reconstruction

le
0
RUGBY: l'Australie, une équipe en pleine reconstruction
RUGBY: l'Australie, une équipe en pleine reconstruction

Ces sont deux équipes en pleine convalescence qui vont s'affronter samedi au Stade de France de Saint-Denis. Depuis le mois de juin et la tournée australienne des Bleus ponctuée de trois défaites cinglantes (la désillusion de Brisbane (50-23), la révolte inaboutie de Melbourne (6-0) et surtout la déroute de Sydney (39-13), l'état des lieux a pas mal changé.

Le XV de France a soigné ses fesses rougies par les trois fessées et retrouver un peu de confiance avec la victoire contre les Fidji samedi à Marseille (40-15). Son adversaire a connu un tournoi des Four Nations qui s'est soldé par une triste troisième place et surtout de gros remous en interne qui ont abouti au départ du sélectionneur Ewen McKenzie.

C'est désormais une vieille connaissance du rugby européen et français qui préside aux destinées du XV australien. Michael Cheika, autrefois passé par le Stade Français entre 2010 et 2012 après avoir brillé au Leinster, est chargé de redonner confiance à un rugby qui vit dans l'ombre des grands frères de l'hémisphère sud, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du sud. Les coéquipiers d'Israel Folau ont bouclé la compétition phare du sud à la troisième place, loin derrière les Blacks et les Boks.

En dépit de leurs problèmes internes, les Australiens avaient quand même terminé la compétition sur un match nul (12-12) face aux Néo-Zélandais, une preuve s'il en fallait une, que les tricolores affronteront quand même une formation de qualité.

«Une équipe qui n'aura rien à voir avec celle qui a perdu chez nous»

Du coup, les Wallabies arrivent dans l'Hexagone dans l'inconnu, avec un shéma de jeu à élaborer et cherchent tout de suite à désigner les tricolores comme favoris. «La France est une équipe si passionnée, phénoménale. Nous nous attendons à une équipe qui n'a rien à voir avec celle qui a perdu chez nous», a expliqué le demi de mêlée australien Nick Phipps (25 ans, 24 sélections), évoquant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant