RUGBY. L'Angleterre chute encore, l'Ecosse fait trembler les Blacks

le
0
RUGBY. L'Angleterre chute encore, l'Ecosse fait trembler les Blacks
RUGBY. L'Angleterre chute encore, l'Ecosse fait trembler les Blacks

Ça commence à faire désordre. Une Angleterre pleine d'ambitions vient d'enregistrer samedi après-midi dans son fief de Twickenham une deuxième défaite de rang contre une nation majeure de l'hémisphère sud, l'Afrique du sud (31-28) après son revers la semaine dernière contre la Nouvelle-Zélande (21-24. A dix mois de  "sa" Coupe du monde, le XV de la Rose  pourra se dire qu'elle n'est pas loin de ces références mais le sélectionneur anglais devra vite remobiliser ses troupes après une cinquième défaite d'affilée cette année, série inédite depuis 2006.

L'Afrique du Sud s'est imposée pour la douzième fois d'affilée face à l'Angleterre (31-28). Les Springboks se rachètent ainsi de leur défaite (29-15) en Irlande samedi dernier en ouverture de leur tournée d'automne. Plus efficaces, patients lorsqu'il s'est agit de contenir la réaction anglaise, maîtres du jeu au sol, les Sud-Africains ont rendu une copie propre à défaut d'être flamboyante.

Pourtant, les Anglais ont cru pouvoir forcer leur destin lors de 10 minutes d'une incroyable intensité en début de seconde période qui les virent recoller au score (20-20). Et comme la semaine dernière face aux Blacks, un essai à quelques secondes de la fin impulsé par l'énergie du désespoir leur offrit une dernière possession...en vain.

«On ne va pas paniquer ou perdre nos nerfs et on ne va pas dévier du chemin sur lequel on est engagé, a déclaré après la rencontre le sélectionneur anglais Stuart Lancaster. Nous venons de jouer les deux meilleures équipes du monde et c'est notre mètre-étalon désormais pour nous. Nous n'avons jamais dit que nous sommes actuellement un produit fini. Quand j'ai pris mes fonctions en 2012 je savais que j'aurais à mener un groupe de jeunes joueurs dans un environnement difficile. Commencer la tournée d'automne la semaine dernière avec la Nouvelle-Zélande était bien sûr difficile, mais on ne vas pas en rester là à pleurer sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant