Rugby: Jules Plisson, heureux mais pas fétichiste

le
0

par Cécile Grès

PARIS (Reuters) - Mardi, Philippe Saint-André, sélectionneur du XV de France a annoncé la liste des 33 joueurs retenus pour la tournée d'automne. Jules Plisson en faisait partie mais, à 21 ans, il a eu beaucoup de mal à y croire.

"Il était 11h00, j'étais à l'entraînement et un membre du staff technique est venu me voir pour m'annoncer ma sélection", déclare le demi d'ouverture du Stade Français dans une interview à l'agence Reuters.

"On pense souvent que les joueurs sont au courant avant les médias, mais non. Philippe Saint-André ne m'avait pas appelé. J'ai eu du mal à y croire, je suis retourné m'entraîner. Puis j'ai quand même pris mon portable pour regarder sur internet".

Depuis, le demi d'ouverture n'a toujours pas eu de nouvelles de Saint-André.

Le Stade Français a juste reçu par courrier une convocation pour le 2 novembre avec des obligations à respecter dont des tests antidopage.

"Cette convocation, je ne vais pas l'encadrer, je vais la laisser au club, je suis heureux mais pas fétichiste", dit Jules Plisson qui n'a encore jamais porté le maillot du XV de France.

Passé l'euphorie de l'annonce, le réalisme a vite repris le dessus.

"Je me sens capable mais je suis aussi bien conscient que la concurrence au poste de demi d'ouverture est féroce", note celui qui va devoir rivaliser Frédéric Michalak et François Trinh-Duc pour garder sa place en sélection lorsque le groupe de 33 joueurs sera réduit à 23 après trois jours de stage.

"Je vais prendre cette sélection comme une nouvelle expérience du haut niveau. Et si je peux apprendre pendant quelques jours aux côtés de joueurs comme Michalak et Trinh-Duc, je serais ravi", se réjouit-il.

AVEC PAPE ET ATTOUB

Pour cette grande première, la présence de deux de ses coéquipiers du Stade Français, David Attoub et Pascal Papé, rassure Jules Plisson.

"Je sais que si j'ai besoin d'eux, ils seront là. Et naturellement, ils feront attention à moi et m'aideront à me mettre dans le bain. Je ne me fais pas de souci", dit-il.

"Je n'ai aucune idée de l'ambiance qui m'attend à Marcoussis, je ne connais pas les autres jeunes sélectionnés. A part Sébastien Vahaamahina avec qui je suis très copain depuis qu'on a joué ensemble en moins de 20 ans."

Très vite, c'est le calendrier de son club parisien qui l'accapare. "Le XV de France, c'est génial mais mon club a de grands rendez-vous qui l'attendent".

Le premier rendez-vous relève du Challenge Européen, samedi, pour un match franco-français face à Grenoble, où Jules Plisson sera remplaçant. Viendra ensuite le Top 14 avec le match au Stade de France contre le Stade Toulousain le 27 octobre.

"J'attends ça avec impatience, je fais tout pour être titulaire. On va jouer dans un stade rempli, ça nous changera", plaisante-t-il.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant