Rugby, H Cup : le Racing-Métro trop tendre pour les Harlequins (8-32)

le
0
Rugby, H Cup : le Racing-Métro trop tendre pour les Harlequins (8-32)
Rugby, H Cup : le Racing-Métro trop tendre pour les Harlequins (8-32)

Peut-être encore sous l'euphorie de la victoire du FC Nantes à Marseille (1-0) la veille au soir, les 30 000 spectateurs de La Beaujoire, à Nantes (Loire-Atlantique) où le Racing-Métro avait délocalisé sa rencontre de H Cup contre les Harlequins (Angleterre) ont lancé, samedi après-midi, plusieurs olas en fin de match. Ils ont aussi peut-être tout simplement cherché à se réchauffer face au spectacle proposé par le Racing-Métro largement battu par les Harlequins (32-8, 4 essais à un) lors de cette 3e journée de H Cup.

Après une minute de silence en hommage à Nelson Mandela parfaitement respectée, les milliers drapeaux Ciel et Blanc ont recommencé à s'agiter pour encourager le Racing au rythme des assourdissants hurlements du speaker habituel du club francilien. Seulement, très vite, ce sont les «Harlequins !» chantés par les supporteurs anglais regroupés dans un virage de La Beaujoire qui ont pris le dessus.

Sur la pelouse, les Franciliens sont en effet vite dépassés. Désorganisés, ils laissent l'initiative du jeu à leur adversaire qui n'en attendait pas tant. Seule une percée en contre de Benjamin Fall (15e) bloqué à un mètre de la ligne permet aux Franciliens d'y croire. Mais lorsque Nick Evans transperce la défense et laisse sur place Hernandez (19e), un premier coup de froid s'abat sur les 29 000 supporteurs du Racing.

La suite est terrible. Après un essai refusé aux Anglais pour un passage en touche limite, ceux-ci trouvent de nouveau l'ouverture par Easter (17-0, 30e). Pour ne rien arranger à ce scénario catastrophe, Andreu (épaule) et Dambielle (coude) sortent blessés. Jonathan Sexton, entré en jeu après la pause à la place de ce dernier n'a pas le temps de sonner la révolte que les Harlequins profitent d'une nouvelle faute de main d'Hernandez pour inscrire leur troisième essai de la soirée ! (27-3, 45e).

Cette fois, les derniers espoirs du Racing s'envolent. Mais le sort s'acharne encore. Trois minutes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant