Rugby. François Trinh-Duc : «C'est rageant que ça s'arrête comme ça»

le
0
Rugby. François Trinh-Duc : «C'est rageant que ça s'arrête comme ça»
Rugby. François Trinh-Duc : «C'est rageant que ça s'arrête comme ça»

Pour la première fois depuis sa fracture de la jambe droite, le samedi 11 octobre avec Montpellier contre Oyonnax, François Trinh-Duc s'exprime. Opéré samedi, sorti lundi, le demi d'ouverture de 27 ans, a déjà débuté sa rééducation dans un centre médical à deux pas de chez-lui. Joint ce soir par téléphone, il confie avoir été touché par les nombreux messages de soutien reçus avant de revenir sur les conséquences de cette blessure qui tombe si mal alors qu'il allait retrouver l'équipe de France.

D'après les photos que vous avez postées sur votre compte Facebook, vous semblez déjà actif...

Oui, je m'occupe comme je peux. Il faut prendre son mal en patience. Plutôt que de broyer du noir, il faut passer à autre chose donc c'est ce que je fais.

Vous évitez de trop penser à ce qui vous est arrivé ?

Oui, j'évite mais bon.... Beaucoup de gens m'en parlent et m'en reparlent. Je suis toujours confronté à un rappel à l'ordre ou à la réalité, mais j'essaie de relativiser. Je suis dans un centre où il y a beaucoup de sportifs touchés aux ligaments croisés et qui en ont pris pour sept ou huit mois. Il y a des accidentés plus graves...

Dans votre malheur, le fait que la fracture soit nette est une bonne chose...

Oui c'est ce qu'ils disent...

Qu'est-ce qui vous embête le plus dans cet accident ?

L'équipe de France évidemment ! Après une année plutôt galère avec les Bleus j'avais remis un pied à l'occasion du dernier stage et j'espérais obtenir une sélection lors des tests de novembre. J'avais fait presque le plus dur. C'est rageant que ça s'arrête comme ça. Bon, après, je ne m'étais jamais gravement blessé, c'est la plus grosse blessure. J'y étais préparé quelque part. Je savais que malheureusement j'allais y passer parce que ça fait partie de la carrière d'un sportif. Mais je n'espérais pas que ça soit cette saison...

Malgré tout le timing vous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant