RUGBY. France-Tonga: Fickou et Guitoune titulaires

le
0
RUGBY. France-Tonga: Fickou et Guitoune titulaires
RUGBY. France-Tonga: Fickou et Guitoune titulaires

Place aux bleus. Philippe Saint-André et son staff ont décidé de titulariser d'emblée deux jeunes joueurs pour affronter les Tonga samedi au stade Océane du havre (18 heures), deuxième match de la tournée d'automne. L'ailier Sofiane Guitoune et le centre Gaël Fickou connaîtront leur première titularisation avec le XV de France. Après la défaite contre les Blacks (28-19) et avant de défier la semaine prochaine, l'autre monument du rugby de l'hémisphère sud, les Springboks, le sélectionneur et son équipe ont procédé à cinq changements par rapport au XV aligné au coup d'envoi face à la Nouvelle-Zélande. Dans la semaine, Yoann Huget, Florian Fritz, Wenceslas Lauret et Doussain avaient quitté Marcoussis.

Guitoune, 24 ans, n'a jamais revêtu le maillot bleu. Appelé en stage en septembre puis en octobre, il est récompensé d'un excellent début de saison avec son club, Perpignan, pour lequel il a inscrit 7 essais. «Guitoune est le meilleur marqueur d'essais du Top 14 ce n'est pas le fait du hasard, avance Saint-André au sujet des sept réalisations du joueur de Perpignan. C'est le joueur en forme du début de saison. Et puis il pue le rugby !»

Fickou, 19 ans, est lui entré deux fois en jeu avec le XV de France, cinq minutes en mars face à l'Ecosse (victoire 23-16), puis 13 minutes samedi contre les All Blacks en étant à l'origine de l'essai inscrit par l'arrière Brice Dulin. Le Toulousain sera associé à Wesley Fofana (24 ans, 19 sél), replacé au poste de premier centre. «C'est sa 3e sélection mais sa première titularisation, avance Saint-André au sujet du centre toulousain. On a senti que c'était le moment.»

L'encadrement a procédé à trois autres retouches dans son pack. En première ligne, le talonneur du Racing Métro Dimitri Szarzewski (30 ans, 73 sél) fait son entrée à la place du Clermontois Benjamin Kayser et poussera aux côtés de Yannick Forestier et Nicolas Mas. En deuxième ligne, Sébastien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant