Rugby. France-Ecosse : Trinh-Duc revient aux manettes

le
0
Rugby. France-Ecosse : Trinh-Duc revient aux manettes
Rugby. France-Ecosse : Trinh-Duc revient aux manettes

 François Trinh-Duc conduira bien la ligne d’attaque du XV de France dimanche à Edimbourg. Guy Novès, le sélectionneur des Bleus l’a confirmé en dévoilant ce vendredi après-midi la composition de l’équipe chargée de défier les Ecossais dans leur stade de Murrayfield lors de la 4e journée du Tournoi des Six Nations (dimanche 16 heures).

L’ouvreur de Montpellier a donc été préféré au Parisien Jules Plisson, qui avait été titularisé lors des succès contre l’Italie (23-21) et l’Irlande (10-9) puis lors de la défaite au pays de Galles (19-10) il y a deux semaines. En difficulté à Cardiff, le jeune ouvreur du Stade Français sera sur le banc des remplaçants. « François a fait partie des premiers rassemblements, il était dans nos plans, souligne Guy Novès. Avec Jules, ils tiennent les clés du camion. Plisson a joué trois matchs, Trinh-Duc est bien revenu après sa blessure. Il me semblait intéressant de le voir à l’oeuvre. »

Spedding à l'arrière et Fofana à l'aile

A côté du Montpelliérain, le demi de mêlée du Racing 92 Maxime Machenaud a été reconduit.

A l’arrière, le Clermontois Scott Spedding, remis d’une entorse à un genou, pousse sur le banc le Toulousain Maxime Médard, jugé trop terne au pays de Galles. «Depuis qu’il est avec nous,  Scott a démontré un comportement fantastique en dehors du terrain, insiste Novès. J’ai hâte de le voir sur la pelouse. » Blessé depuis le début du Tournoi, le Clermontois Wesley Fofana effectue son retour parmi les Bleus à l’aile, alors qu’il préfère évoluer habituellement au centre.

« Compte-tenu de nos besoins, nous l’avons (Fofana) titularisé à ce poste-là et il l’a pris avec beaucoup de plaisir, ajoute le sélectionneur. J’attends un investissement total de tous les joueurs. Nous ne sommes pas naïfs. Nous voyons bien le niveau des Ecossais depuis la Coupe du monde. Cela peut être un exemple en termes de jeu pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant