RUGBY. France-Ecosse (22-16) : un peu de muscle dans un océan d'ennui

le
0
RUGBY. France-Ecosse (22-16) : un peu de muscle dans un océan d'ennui
RUGBY. France-Ecosse (22-16) : un peu de muscle dans un océan d'ennui

Même s'il ne fallait pas manquer de sommeil, sous peine de sombrer pour de bon sur son siège dimanche après-midi au Stade de France, tout n'est pas à jeter dans la prestation des Bleus face à l'Ecosse (22-16). Si le spectacle ne s'est jamais invité sur la pelouse de Saint-Denis, il y a eu épreuve de force et concours de muscles. Au ralenti, d'accord, mais c'est tout de même mieux que rien.

 

Ce qui a fonctionné

 

La liste des points positifs n'est pas très longue, mais elle a de quoi rassurer le sélectionneur. Le XV de France est solide sur ses bases, et quand il coince son adversaire sur le ring, ça fait des dégâts. Les Ecossais, particulièrement fragiles ou peu habitués à ces combats au ras du gazon, y ont laissé des plumes. Laidlaw, Barclay, Dunbar ou Brown sont tous sortis avant l'heure, sonnés ou mâchés par la puissance tricolore. Propres et bien organisés en touche, les joueurs de Guy Novès se sont montrés nettement supérieurs à leurs opposants en mêlée fermée. La défense n'a pas, dans l'ensemble, grand-chose à se reprocher non plus, et Camille Lopez a été précis dans ses tentatives de but. « J'ai aimé le dernier quart d'heure, alors qu'on avait souffert à ce moment-là en Angleterre », souligne Novès. Les Bleus ont donc du fond... contre l'Ecosse.

 

Ce qui n'a pas fonctionné

 

Tout le reste, en somme. Rien de ce qui fait la beauté de ce sport, l'intérêt d'un match, n'était présent hier. Pas de vitesse, pas d'inspiration, pas de volonté non plus de tenter ou de créer... Les Bleus se sont contentés de récupérer des ballons rendus par les Ecossais pour essayer de désorganiser leurs adversaires. Ils semblaient manquer de jus et d'envie, comme s'ils avaient été paralysés par l'enjeu. Battus dans les rucks, maladroits dans leurs passes, ils ont laissé d'innombrables ballons en route, autant de munitions gâchées.

 

Des faiblesses individuelles se sont aussi révélées au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant