Rugby, France-Australie (23-25) : mission accomplie pour Doussain

le , mis à jour à 08:35
0
Rugby, France-Australie (23-25) : mission accomplie pour Doussain
Rugby, France-Australie (23-25) : mission accomplie pour Doussain

« L'histoire de Jean-Marc Doussain avec le XV de France est unique et le restera à jamais. » Dans le programme officiel, hier soir, la fiche de présentation du demi d'ouverture des Bleus en disait déjà beaucoup sur l'attente suscitée par sa titularisation.

 

Successeur de François Trinh-Duc, victime d'une fracture du bras droit la semaine dernière, préféré à Jules Plisson en méforme et à Camille Lopez arrivé tardivement à Marcoussis, Doussain jouait gros face à l'Australie.

 

Porteur du n° 10, objet de si récurrents débats en France, le Toulousain n'a pas manqué son rendez-vous. Pour sa quatorzième titularisation et à seulement 25 ans, celui qui a fait « bader » Guy Novès dès 2010 à Toulouse s'est montré solide, entreprenant et à la hauteur des attentes.

 

Il faut dire qu'il avait pris soin de préparer cet instant. Lui, dont l'aventure en bleu avait débuté lors des quatre dernières minutes de la finale de la Coupe du monde 2011 par une entrée comme demi de mêlée, a enfin mis un terme aux questions sur son positionnement. Sa polyvalence a longtemps constitué un handicap à sa progression chez les Bleus. Fixé à l'ouverture à Toulouse, il a donc naturellement enfin eu sa chance.

 

Ce n'est pas un hasard si le premier essai tricolore intervient au bout d'une action collective somptueuse au cœur de laquelle son renversement de jeu se révélera déterminant. « Ouvreur, c'est un poste exigeant qui demande du recul, disait dernièrement le Toulousain. Aujourd'hui, j'ai sûrement gagné en maîtrise. » Sans jamais s'affoler, il se montrera en effet efficace malgré quelques coups de pied incertains, notamment en première période. Au point de s'attirer quelques remarques de Guy Novès.

 

« Comme toute l'équipe, il est sous le feu de ma critique pour cette première mi-temps, explique le sélectionneur qui ne veut toutefois pas l'incriminer directement. La vitesse dans le jeu, c'est une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant