Rugby, France-Angleterre (25-20) : les Bleus sur la bonne voie

le , mis à jour le
0
Rugby, France-Angleterre (25-20) : les Bleus sur la bonne voie
Rugby, France-Angleterre (25-20) : les Bleus sur la bonne voie

L'embellie, au clair de lune, c'est déjà beau. Et peut-être, après tout, l'horizon s'est-il dégagé au loin ? Un succès contre la grande Angleterre est en tout cas toujours bon à prendre. A goûter. A savourer. D'autant que pour un 22 août, il y avait des airs de 14-Juillet. Une nuit douce au cœur de l'été, un ciel étoilé et cette atmosphère de vacances qui donne le sourire à la foule venue au spectacle, ont vite soulevé les chœurs.

Les Marseillaises ont surgi des gradins et les drapeaux tricolores ont fleuri, agités au gré des olas. Le public du Stade de France ne tient pas rigueur aux Bleus de leurs difficultés coutumières. Il continue de les pousser, de croire en eux, à la possibilité d'un rêve merveilleux, celui d'un trophée brandi au soir du 31 octobre à Londres, chez les inventeurs du rugby, au nez et à la barbe de tous les géants de ce sport devenu une lutte de titans. Et pour une fois, il faut dire que ce XV de France si déroutant, engoncé dans ses hésitations, ses contresens et ses défaillances, a donné quelques raisons de le suivre.

« On est là où on voulait être après sept semaines de préparation, glisse Philippe Saint-André, le sélectionneur. Les dix dernières minutes ont été difficiles mais on a vu une belle équipe française. » Elle n'a pas été magique, loin s'en faut. Mais, enfin, elle a grignoté d'un appétit vorace ces Anglais que l'on dit si forts, grands prétendants au succès lors de la Coupe du monde qu'ils s'apprêtent à organiser.

Savourer son plaisir

Lents et lourdauds, ces robustes gladiateurs chargés de décrocher la couronne ont sérieusement trébuché dans l'enceinte de Saint-Denis, une semaine après avoir dominé les Bleus à Twickenham (19-14). Leur équipe B a paru bien plus emballante il y a huit jours que ce XV type samedi soir.

N'empêche, les hommes de Saint-André ont réalisé ce qu'ils s'étaient promis et ça change beaucoup de choses. Déjà, ils se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant