Rugby: fin de Mondial pour Skrela et Sheridan, Carter inquiète

le
0

par Patrick Johnston

AUCKLAND, Nouvelle-Zélande (Reuters) - Blessés, David Skrela, Jerry Flannery et Andrew Sheridan ont fait des adieux précipités à la Coupe du monde de rugby alors que le dos de Dan Carter inquiète toute la Nouvelle-Zélande.

Sur les terrains, le Canada a renversé les Tonga 25-20 et les prévisions pour la poule A, les Samoa ont dominé la Namibie 49-12 et l'Ecosse a peiné pour venir à bout de la Géorgie 15-6.

Les plus belles actions sur le gazon ont toutefois été éclipsées par les premiers désespoirs. L'ouvreur David Skrela, une épaule en berne, doit quitter la compétition après seulement onze minutes passées sur le terrain face au Japon.

En renfort, le sélectionneur Marc Lièvremont a fait appel à un débutant chez les Bleus, le Toulousain Jean-Marc Doussain, tout juste 20 ans, qui ne prendra l'avion pour la Nouvelle-Zélande qu'après avoir joué avec le Stade Toulousain vendredi soir en Top 14 contre Biarritz.

François Trinh-Duc risque d'être condamné à jouer au moins deux matches d'affilée contre le Canada, dimanche, à Napier, et contre les All Blacks une semaine plus tard à l'Eden Park.

L'Angleterre a elle aussi eu un choc avec le forfait du pilier Andrew Sheridan, pierre d'angle de son pack et dernière victime de la rude confrontation avec l'Argentine.

L'équation est cependant moins compliquée pour Martin Johnson que pour Mac Lièvremont car le sélectionneur anglais a quatre autres piliers dans son effectif.

L'Irlande a immédiatement fait appel à Damien Varley pour remplacer Jerry Flannery, terrassé par une déchirure à un mollet. Le talonneur va prendre un avion le plus rapidement possible pour arriver en Nouvelle-Zélande dès samedi.

PEUR POUR CARTER

Quelles que soient les qualités d'un Sheridan, d'un Skrela ou d'un Flannery, leur influence sur le jeu de leur équipe respective ne peut être comparée à celle Dan Carter.

L'indispensable demi d'ouverture des All Blacks a dû renoncer au prochain match de son équipe, face au Japon vendredi, en raison d'une blessure au dos.

Il sera remplacé par Colin Slade, sa doublure de 23 ans chez les Canterbury Crusaders qui n'a assuré son intérim qu'à cinq reprises.

L'encadrement des All Blacks a tenu des propos rassurants mais le moindre passage à l'infirmerie du joueur emblématique du rugby néo-zélandais suffit à angoisser un pays auquel le trophée mondial échappe depuis 24 ans.

Personne n'a oublié la catastrophe nationale de la défaite 20-18 face à la France en quart de finale de la Coupe du monde 2007 lorsque la sortie sur blessure de Dan Carter à la 56e minute avait fait perdre aux All Blacks tout sens tactique.

Le rugby néo-zélandais n'en vivra pas moins un grand moment, vendredi, lorsque Richie McCaw pénètrera sur la pelouse du stade de Waïkato pour honorer sa centième sélection, une première pour un All Black.

Pour les Springboks, champions en titre, la liste des blessés s'allonge encore. L'ailier Bryan Habana, touché au genou, a rejoint Victor Mattfield, Bakkies Botha et Jean de Villiers parmi les titulaires habituels confinés dans les tribunes pour le match contre les Fidji, samedi.

Dernière équipe à entrer dans la compétition, la Russie entame sa Coupe du monde, la première de son histoire, jeudi, face aux Etats-Unis.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant