Rugby féminin : les Coyotes, une sacrée bande de copines

le
0
Rugby féminin : les Coyotes, une sacrée bande de copines
Rugby féminin : les Coyotes, une sacrée bande de copines

Voilà trois ans maintenant, un groupe de filles s'est découvert avec le rugby une passion commune. A l'Union des Bords de Marne (Val-de-Marne), un club mêlant plusieurs villes du département et en partenariat avec Vitry-sur-Seine, les copines, surnommées les Coyotes, font la fierté de leurs proches.

Maëva Levin s'intéresse à ce sport depuis l'âge de 10 ans. Elle en a aujourd'hui 23. Capitaine des Coyotes, elle se souvient. « A l'époque, j'accompagnais mon père à un tournoi. On me disait avec le sourire : Tu n'es pas cap de t'entraîner avec les garçons ! Je les ai pris au mot. J'ai, non seulement, évolué avec les gars, mais je n'ai plus lâché le ballon depuis. » Après une belle expérience à Bobigny, elle a intégré le projet de l'UBM avec quatre collègues. Soudées, les nanas ne manquent pas d'imagination pour entretenir la flamme. « On met en place des charrettes, raconte-t-elle. La joueuse faisant la plus grosse bévue, comme par exemple trébucher sur l'arbitre, doit mettre un déguisement à l'entraînement. »

Maëva, son aînée Mélissa, Lorelei, Chanelle, Kim, Gaëlle et Charlotte n'hésitent pas à partager des aventures en dehors de la saison régulière. Les 2 et 3 août, elles partiront ainsi à neuf sur la presqu'île de Quiberon, pour une compétition de beach-rugby. « C'est un sport de valeurs. Il faut savoir apprendre à se connaître. Pour la cohésion, c'est un plus, insiste la demie de mêlée Lorelei Tarricone (23 ans). Les plus grandes équipes sont celles où les joueuses sont amies avant d'être coéquipières. »

A l'Union des Bords de Marne, les féminines ne sont pas le parent pauvre de la discipline. Un budget de 25 000 ¤, infrastructures comprises, est alloué pour les seniors et les cadettes, contre 40 000 ¤ pour les garçons. Cette saison, la Fédération est même prête à mettre la main à la pâte pour les gros déplacements. « Nous allons faire tous nos déplacements en véhicule ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant