Rugby féminin : les Bleues battues en demi-finale du Mondial

le
0
Rugby féminin : les Bleues battues en demi-finale du Mondial
Rugby féminin : les Bleues battues en demi-finale du Mondial

Elles sont passées tout près d'un exploit historique. Mais elles devront se contenter de disputer la troisième place à l'Irlande, en lever de rideau de la finale de la Coupe du monde Canada - Angleterre, dimanche. Battues par les Nord-Américaines, les Bleues ne décrocheront pas un trophée qu'elles croyaient à leur portée.

Elles auront néanmoins réussi un tour de force. Avant même d'entrer sur la pelouse, elles avaient déjà accompli leur mission. Les petites tribunes de Marcoussis, dans l'Essonne, ont craqué pour elles lors de la phase de poules, refusant même du monde. La foule s'est pressée mercredi soir à Paris, dans un stade Jean-Bouin habituellement réservé aux pros du Stade Français. Et les audiences TV ont grimpé, en flèche. Près de deux millions de personnes devant leur petit écran samedi dernier pour suivre France - Australie, en pleine reprise de la Ligue 1, il fallait le faire. Pour un sport confidentiel, pratiqué par moins de 13 000 licenciées et disputé dans des stades vides, la performance n'est pas mince. Personne n'avait imaginé la chose possible.

Le décor bien planté, restait à transformer l'étincelle en feu de joie. Jamais les Bleues n'avaient atteint la finale d'une Coupe du monde. Cinq fois depuis la création de l'épreuve en 1991, elles avaient échoué en demi-finales. Cette fois, chez elles, dans l'Hexagone, et portées par ce tout nouvel engouement populaire, elles ne pouvaient pas s'arrêter là. Les «Allez les Bleues» ont très vite jailli des gradins, les Marseillaises ont fleuri, les joueuses du tandem Nathalie Amiel et Christian Galonnier ont donné le meilleur d'elles-mêmes.

Un suspense haletant

Leur puissance a d'abord fait merveille devant des Canadiennes rapides, inspirées, mais dominées dans les impacts. Les Tricolores ont sans cesse avancé, excepté en mêlée fermée. Elles ont étouffé les vélléités des joueuses d'Outre-Atlantique. D'ailleurs, c'est ce qui rapproche les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant