Rugby : Doussain, bien plus qu'un recours

le , mis à jour à 09:42
0
Rugby : Doussain, bien plus qu'un recours
Rugby : Doussain, bien plus qu'un recours

C'est un peu l'invité surprise : pour affronter l'Australie demain soir, l'équipe de France va s'appuyer sur Jean-Marc Doussain (13 sélections) comme demi d'ouverture et premier attaquant. Ce garçon discret de 25 ans profite de la blessure de Trinh-Duc et de la méforme de Plisson pour se faire une place chez les Bleus. C'est un peu l'histoire de sa carrière : plus besogneux que talentueux, il a toujours su être là au bon moment.

 

Une première à l'ouverture

 

C'est presque un novice qui va avoir la lourde tâche de lancer les attaques face à l'Australie. Doussain n'a encore jamais débuté à l'ouverture avec les Bleus. Ses 13 premières sélections, il les a principalement passées à la mêlée, un poste plus physique et instinctif que tactique. Ce n'est que depuis début 2016 qu'il a pointé le bout de son nez au poste de numéro 10. Un retour à ses premières amours : c'est là qu'il a été formé, quand il a débuté le rugby en Ariège puis lors de son arrivée au Stade toulousain.

 

Un défenseur hors norme

 

C'est sa principale qualité : Doussain ne s'efface jamais. « Il est énorme », estime même Luke McAlister, son coéquipier au Stade toulousain. Surnommé Bébé Byron en raison de sa morphologie (1,74 m pour 92 kg) et en référence à l'ancien demi de mêlée néo-zélandais du Stade toulousain Byron Kelleher, Doussain est un gros bosseur qui s'astreint régulièrement à des séances supplémentaires pour combler ses lacunes.

 

Novès le « bade »

 

L'actuel sélectionneur des Bleus a lancé Doussain en 2010. « S'il continue, dans les deux ans, il va se hisser au plus haut niveau, prophétisait Novès en mai 2011. Il a du talent, de la rudesse, le sens de la solidarité et beaucoup d'humilité. Je le bade. » Novès aime pouvoir compter sur des joueurs de confiance, des soldats jamais pris en défaut. « Il a fait une rentrée cohérente contre les Samoa (NDLR : 52-8 samedi dernier), a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant