RUGBY. Dimitri Szarzewski : « Le Racing est un club historique, le Stade Français populaire »

le
0
RUGBY. Dimitri Szarzewski : « Le Racing est un club historique, le Stade Français populaire »
RUGBY. Dimitri Szarzewski : « Le Racing est un club historique, le Stade Français populaire »

Il a passé sept années au Stade Français. Depuis deux saisons, il a rejoint le Racing, le rival. Dimitri Szarzewski, le talonneur international (31 ans, 79 sélections), est bien placé pour parler du choc, demain à Jean-Bouin, entre deux clubs très différents. Le vaincu perdra ses chances de disputer la phase finale.

Pouvez-vous nous donner votre pronostic ?

Dimitri Szarzewski . (Rires.) Le Racing va gagner ! Enfin, j'espère... Le Stade Français joue quand même chez lui, à Jean-Bouin, dans un stade où il est invaincu cette saison. On a de l'ambition, mais ça va être très dur.

Quelle est la force du Racing ?

Nous sommes en pleine progression, sur une bonne dynamique. Il faut garder le cap et éviter de s'emballer. Sur le jeu, notre conquête me paraît plus solide. En touche, notamment, nous arrivons à prendre des ballons à nos adversaires. Et, aujourd'hui, nous sommes efficaces, nous marquons des points quand nous dominons.

Et celle du Stade Français ?

C'est le jeu de mouvement. C'est une équipe qui déplace très bien le ballon. Ça va vite. Il y a de grands joueurs et ils sont capables de marquer beaucoup d'essais.

Quelle est la principale différence, en termes d'état d'esprit, entre ces deux clubs ?

On le dit souvent, mais ça se ressent de l'intérieur. Le Racing est un club historique. Son histoire nous accompagne, nous imprègne. Le Stade Français, lui, est un club populaire. Dans le mode de vie, le gros changement pour moi, c'est l'unité de lieu. Au Racing, on a tout sur place, et c'est très important pour créer des affinités. Au Stade Français, je n'ai pas connu ça mais, avec le nouveau stade Jean-Bouin, les joueurs parisiens sont un peu moins dispersés maintenant.

Etes-vous déjà entré dans le nouveau Jean-Bouin ?

Oui. J'ai assisté à un match de Challenge européen contre les London Irish. Mais là, ça n'a rien à voir. Je vais y jouer. J'ai hâte d'y être. Ça va me faire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant