Rugby, Coupe d'Europe : le Racing s'offre une première finale

le , mis à jour à 20:24
0
Rugby, Coupe d'Europe : le Racing s'offre une première finale
Rugby, Coupe d'Europe : le Racing s'offre une première finale

Le Racing 92 a réalisé un monumental exploit ce dimanche à Nottingham. Pour leur première demi-finale de Coupe d'Europe, les coéquipiers de Dan Carter ont éliminé Leicester (16-19) au terme d'un match âpre et indécis. La finale aura lieu le 14 mai à Lyon au Parc OL contre les Anglais des Saracens avec de la revanche dans l'air.

 

Le Racing sait au coup d'envoi que les éléments ne plaident pas en sa faveur. Seules 30% des équipes en déplacement en demi-finale sont parvenues à se hisser en finale de la Coupe d'Europe. C'est sans doute ce qui pousse les hommes du duo Travers et Labit à attaquer pied au plancher pour oublier l'ambiance hostile du City Ground de Nottingham. L'entame est effectivement idéale avec une percée magnifique de Rokocoko plein champ et trois temps de jeu plus tard le capitaine Maxime Machenaud perce au ras et aplatit en force (5-0, 2e).

 

Mais attention danger car dans la première demi-finale jouée samedi, les Wasps avaient pris le meilleur départ contre les Saracens - un essai au bout de trente secondes - avant de voir leurs adversaires recoller au score. D'ailleurs le Racing manque l'occasion de s'envoler et de faire taire l'antre du club de foot de Nottingham Forest : Goosen (pénalité de 60 mètres) puis Carter (drop raté) ne saississent pas l'occasion.

Les bons coups de Carter

Du coup, les Tigers, jusque-là sevrés de ballons, pénètrent enfin dans le camp des Franciliens. Les Ciel et Blanc se muent en défenseurs infatigables pour contrecarrer les offensives des double champions d'Europe (2001 et 2002). Ces derniers, très fébriles, multiplient les fautes de main inhabituelles (7 en avants et 10 turn over concédés en première période), les passes approximatives et les fautes que Carter ne se prive pas de convertir en points (21e, 39e).

 

Si les débats s'équilibrent dans le dernier quart d'heure, Leicester tombeur du Stade Français au tour précédent (41-13), ne doit son salut qu'à la botte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant