Rugby : Chabal suspendu trois semaines pour un coup de poing à un adversaire

le
0
Rugby : Chabal suspendu trois semaines pour un coup de poing à un adversaire
Rugby : Chabal suspendu trois semaines pour un coup de poing à un adversaire

Le rugbyman français Sébastien Chabal risquait jusqu'à un an de suspension pour avoir asséné un violent coup de poing à l'un de ses adversaires le 14 décembre, mais il n'a finalement écopé que de trois semaines. C'est ce qu'a décidé ce vendredi la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby, dont le jugement a été dévoilé à 17 heures.

Cette suspension prendra effet la semaine prochaine, privant le LOU (Lyon olympique universitaire) de son troisième ligne lors des rencontres avec Carcassone (le 12 janvier), Narbonne (le 18 janvier) et Albi (le 25 janvier). L'équipe lyonnaise ne le retrouvera sur le terrain que le 8 février, lors du match contre Pau.

Arrivé détendu à la commission de discipline

Lors de son arrivée en fin de matinée à la Ligue (Paris 17ème), l'ancien international ne semblait pas vraiment angoissé. Tenue décontractée (veste noire et jean), l'air détendu et souriant, il avait même pris le temps de dédicacer sa biographie à un fan venu à sa rencontre.

Chabal avait prévu de plaider coupable. «Les images prouvent ma culpabilité, on va y aller sereinement, je pense qu'il n'y a pas matière à faire beaucoup de polémiques», avait lâché le joueur lors de son arrivée à la Ligue. Le coup qu'il a porté au visage du troisième ligne d'Agen, Marc Giraud, lors du match de la 14ème journée de Pro D2 (deuxième division) après que ce dernier l'eut retenu par le maillot à la sortie d'un regroupement, pouvait lui valoir jusqu'à 52 semaines de suspension, selon l'article 725-1 du barème des sanctions et mesures sportives de la LNR. Cela aurait été un coup dur pour ce joueur de 35 ans en fin de carrière.

Sébastien Chabal dédicaçant son autobiographie à un fan lors de son arrivée à la Ligue nationale de rugby. (AFP / JOEL SAGET)

«Peut-être un geste d'énervement, sûrement un réflexe»

La victime s'était retrouvée KO pendant plusieurs minutes et avait dû être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant