Rugby: Brice Dulin, la révélation de l'année

le
0

par Mathieu Baratas

PARIS (Reuters) - Une distinction nationale, une convocation internationale et une première européenne : l'arrière de Castres Brice Dulin vit l'une des semaines les plus riches de sa jeune carrière de rugbyman.

Lundi, le néo-international (deux sélections à 22 ans) a reçu le trophée de la révélation de la saison 2011-2012 du Top 14 lors de la Nuit du Rugby pour récompenser une saison réussie avec Agen et des premiers pas convaincants sous le maillot du XV de France lors de la tournée de juin en Argentine, soldée par une défaite (23-20) et une victoire (49-10).

"C'est un plaisir personnel mais aussi une reconnaissance de la saison dernière à Agen. Mais je n'oublie pas que c'est grâce aux joueurs autour de moi que j'ai pu ainsi m'exprimer et sortir de bonnes choses", déclare à Reuters Brice Dulin.

Mardi, les sélectionneurs du XV de France l'ont appelé dans le groupe amené à préparer les test-matches de novembre face à l'Australie, à l'Argentine et aux Samoa.

"C'est encore un peu inattendu. On espère y être quand on a la chance d'y avoir déjà été. Mais à mon poste, il y a beaucoup de monde. C'est le début de saison de mon club qui me permet d'y être. L'individualité ressort grâce au collectif. C'est un tout", reconnaît-il.

Vendredi, après des premières sorties probantes avec sa nouvelle formation, Castres, il s'apprête à découvrir l'intensité si particulière des joutes européennes face aux Anglais de Northampton au Stade Pierre-Antoine après avoir raté le déplacement en Ulster et le match perdu 41-17.

"Je suis venu ici pour découvrir la Coupe d'Europe et jouer un style de jeu que j'aime avec du mouvement et du désordre. La Coupe d'Europe a une autre saveur", dit le joueur qui s'est remis de douleurs aux adducteurs qui l'avait privé du premier match de H Cup.

"REPARTI DE ZÉRO"

L'ancien international des moins de 19 ans et 20 ans a franchi un cap à l'intersaison en intégrant une équipe de haut de tableau, demi-finaliste du Top 14.

"J'ai eu la chance de beaucoup jouer depuis le début de saison (sept titularisations en huit journées de Top 14-NDLR). Je me suis très bien adapté grâce à l'accueil du groupe. De mon côté, les sensations reviennent petit à petit", souligne-t-il.

"Je suis reparti de zéro. Il a fallu que je recommence tout. Il faut retrouver les acquis. Les sensations ne reviennent pas encore. Je me sens frustré. J'essaie de les retrouver.

"En ce moment, à la fin des matches, je ne suis pas toujours content de ce que je fais. Il faut que je travaille pour retrouver du plaisir. Avec le plaisir, les sensations reviendront", poursuit-il.

Cet arrière ni très grand (1,76 m), ni très gros (80 kg) se distingue par sa vitesse, son sens du jeu et de la relance et son jeu au pied hérités de ses premiers amours, le football et surtout la pelote basque.

Autant de qualités qui en font un arrière typiquement français, imprévisible et joueur.

"J'aime le jeu de mouvement, j'aime que le ballon aille vite et que cela relance, qu'il y ait un peu de folie", définit l'intéressé. "A l'arrière, il faut amener de la vitesse, du jeu, de la folie et de la joie".

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant