Rugby. Boudjellal : «Le père Noël est une ordure»

le
0
Rugby. Boudjellal : «Le père Noël est une ordure»
Rugby. Boudjellal : «Le père Noël est une ordure»

Mourad Boudjellal ne perd jamais le sens de la formule, par beau temps comme par mauvais. «Pour nous, le Père Noël est une ordure», répond le président de Toulon quand on le questionne sur le passage à vide de son club à mi-saison. «Il faut croire que les fêtes ne nous réussissent pas», reprend-il, en constatant que ces dernières années, le coup de mou se répète invariablement. Il y a deux ans, à la même époque, le Racing-Métro venait s'imposer au stade Mayol (19-15). La saison dernière, c'était Grenoble, toujours sur les bords de la Méditerranée (22-21), et le RCT pointait à la cinquième place du classement. Cette fois, il est troisième derrière Clermont et le Stade Français, et sort de deux défaites à Paris (30-6) et à Montpellier (16-12) avant de recevoir le Racing, samedi. «Tout le monde ici a oublié le goût de la victoire, souligne Boudjellal. On veut le retrouver.»

Laporte veut remporter les quatre prochains matchs

Il est encore trop tôt pour parler de déclin ou de saison blanche puisque le champion de France et d'Europe est toujours placé pour aller loin dans les deux compétitions mais les signaux d'alerte commencent à clignoter les uns après les autres. «La saison va se jouer dans le prochain mois, explique le manageur Bernard Laporte. Il faut gagner les quatre matchs qui viennent, deux en championnat et deux en Coupe d'Europe. Ainsi, on serait bien sur les deux tableaux. Il n'y a pas de raisons de s'affoler.» Laporte compte notamment sur le retour de Matt Giteau, l'ouvreur australien, qui survient à point nommé après deux mois d'abscence. Mais il vaudrait mieux suivre le scénario de l'ancien sélectionneur des Bleus car sinon, l'hiver risque de se révéler pénible avec le départ d'un important contingent d'internationaux pendant le Tournoi des Six Nations avec le XV de France. Les Varois seront affaiblis comme ils ne l'ont jamais été. Autre inquiétude, ils seront sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant