Rugby: Blacks contre Springboks, un match aux antipodes du jeu

le
0
OPPOSITION DE STYLES ENTRE SPRINGBOKS ET ALL BLACKS
OPPOSITION DE STYLES ENTRE SPRINGBOKS ET ALL BLACKS

par Greg Stutchbury

WELLINGTON (Reuters) - Le match du Four Nations entre la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud donnera lieu samedi à une opposition de styles dont l'issue pourrait esquisser l'avenir du jeu.

Les All Blacks, en tête du tournoi après trois rencontres, ont toujours misé sur un rugby très rythmé et ont encore élevé le niveau cette année, même si la mise en pratique n'est pas parfaite à chaque fois.

L'année dernière, lors de la Coupe du monde sur leurs terres, ils avaient cédé au réalisme pour assurer leur sacre et privilégié, le temps de la phase à élimination directe, la sécurité et la solidité.

Sous la coupe de leur nouveau sélectionneur, Steve Hansen, ils sont revenus à un rugby plus offensif, porté par un pack tout aussi prompt à soutenir le porteur du ballon pour élargir le jeu qu'il l'est, par nature, à gagner des ballons dans les phases arrêtées.

Les conditions météorologiques désastreuses et la résistance de l'Argentine, qui fait ses débuts dans le Four Nations, ont mis à mal cette philosophie la semaine dernière à Wellington.

L'Otago Stadium de Dunedin constitue, avec son toit, le théâtre idéal pour imposer ce modèle au monde avec autorité, sous réserve que les passes soient ajustées et les erreurs éliminées.

DÉFI PHYSIQUE

Aux vagues néo-zélandaises, l'Afrique du Sud opposera un plan simple fondé sur la puissance du paquet d'avants et le talent au pied du demi d'ouverture Morne Steyn, dont la botte permet d'occuper le terrain ou de pousser l'autre à la faute.

Si l'évolution des règles favorise l'attaque et la possession du ballon, Steyn se contente aisément d'en rester à ce qui a bien fonctionné jusqu'à lors.

"On a gagné un Tri-Nations avec le même plan de jeu, et en 2007 on a gagné la Coupe du monde avec cette tactique. Nous devons conserver cette stratégie", a-t-il dit cette semaine à Fairfax Media.

"Il ne s'agit pas de balancer le ballon mais de le botter dans un but précis."

Le sélectionneur Heyneke Meyer, qui a entrepris de renouveler l'équipe dans la perspective du Mondial 2015, a fait de Steyn le guide de troupes rajeunies qu'il encourage à jouer d'abord sur leurs forces.

Le Néo-Zélandais Hansen n'est pas surpris par les décisions de son homologue et s'attend à un énorme défi physique de la part d'une équipe revancharde après avoir été tenue en échec en Argentine et battue par l'Australie, la semaine dernière.

Les équipes :

Nouvelle-Zélande : 15-Israel Dagg, 14-Cory Jane, 13-Conrad Smith, 12-Ma'a Nonu, 11-Julian Savea, 10-Aaron Cruden, 9-Piri Weepu, 8-Kieran Read, 7-Richie McCaw (capitaine), 6-Liam Messam, 5-Sam Whitelock, 4-Luke Romano, 3-Owen Franks, 2-Andrew Hore, 1-Tony Woodcock.

Afrique du Sud : 15-Zane Kirchner, 14-Bryan Habana, 13-Jean de Villiers (capitaine), 12-Frans Steyn, 11-Francois Hougaard, 10-Morne Steyn, 9-Ruan Pienaar, 8-Duane Vermeulen, 7-Willem Alberts, 6-Francois Louw, 5-Juandre Kruger, 4-Flip van der Merwe, 3-Jannie du Plessis, 2-Adriaan Strauss, 1-Tendai Mtawarira.

Gregory Blachier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant