Rugby: Biarritz en finale du challenge européen contre Toulon

le
0

BIARRITZ (Reuters) - Biarritz a imposé son efficacité pour se qualifier pour la finale du Challenge européen de rugby en battant Brive 19-0 dans une demi-finale franco-française et perturbée par la pluie samedi au stade Aguilera de Biarritz.

La finale sera elle aussi franco-française, le 18 mai au Stoop, voisin de Twickenham.

L'autre prétendant au trophée et à la qualification pour la prochaine grande coupe d'Europe sera le Racing Club Toulon, vainqueur du Stade Français sur le score de 32-29, vendredi soir, au Stade Mayol.

A Biarritz, le duel entre les deux clubs français qui ont souffert cette année en Top 14 s'est joué sur un essai de Damien Traille, une transformation et quatre pénalités de Dimitri Yachvili.

Une minute ne s'était même pas écoulée qu'un premier accrochage entre le Biarrot Sylvain Marconnet et le Briviste Simon Azoulai a failli tourner à la bagarre générale.

Les deux joueurs s'en sont sortis avec un avertissement verbal de l'arbitre irlandais George Clancy.

La tension et la pluie battante ont coupé l'élan de la rencontre jusqu'à ce qu'une chandelle de l'ouvreur argentin de Biarritz Marcelo Bosch éclaire le stade Aguilera à la demi-heure de jeu.

BRIVE RATE SA CHANCE

Le trois-quart centre Damien Traille a fait parler sa taille et sa détente pour récupérer le ballon. L'ailier sud-africain Ronnie Cooke s'est élevé à la lutte avec lui mais l'arbitre vidéo a accordé l'essai.

Dimitri Yachvili, insensible à la pluie et déjà auteur de deux pénalités aux 16e et 22e minutes, a ajouté la transformation et a permis à Biarritz de mener 13-0 et de s'installer dans le match.

Muselé en première mi-temps, Brive s'est montré plus vif en début de deuxième période et a pilonné les 22 mètres de Biarritz dans les minutes qui ont précédé l'heure de jeu.

Les Brivistes ont raté le coche sur une série de mêlées à cinq mètres où ils ont refusé une pénalité pour tenter d'obtenir un essai de pénalité.

L'épisode s'est achevé sur une pénalité en faveur de Biarritz qui a permis à Dimitri Yachvili de dégager son camp.

Le match semblait avoir choisi son camp. Dimitri Yachvili l'a confirmé par sa troisième pénalité à un quart d'heure de la fin.

Alors que les supporters basques criaient "on est en finale", la quatrième pénalité du demi de mêlée biarrot a scellé le sort du match à dix minutes de la fin.

La rencontre pourtant très correcte a fini comme elle avait commencé sur un accrochage puis un vilain geste du pilier briviste Alexandre Barozzi qui lui vaudra sans doute une suspension de la part de l'ERC.

Jean-Paul Couret pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant