RUGBY. Barrage. Chavancy n'a pas peur de ce nouveau derby

le
0
RUGBY. Barrage. Chavancy n'a pas peur de ce nouveau derby
RUGBY. Barrage. Chavancy n'a pas peur de ce nouveau derby

À sa sortie du stade Yves-du-Manoir, samedi, après le large succès du Racing face à Castres (53-10), Henry Chavancy s'est difficilement frayé un chemin au milieu des supporteurs ciel et blanc. Entre un « Joyeux anniversaire ! » chanté pour ses 27 ans et les nombreux encouragements en vue du barrage de vendredi face au Stade Français, le trois-quarts centre a une fois encore pu mesurer l'affection dont il fait l'objet.

Il faut dire que les joueurs professionnels à pouvoir afficher seize années de fidélité à leur club sont rares. L'intéressé, encore sous contrat pour un an, réfute pourtant le qualificatif d'historique. « C'est un bien grand mot, sourit-il. Je suis encore jeune ! Mais c'est vrai que c'est une fierté de représenter mon club formateur au plus haut niveau. »

Henry Chavancy quitte le stade sous les "Joyeux Anniversaire" des supporters #RM92 pic.twitter.com/aqYKyVuMAR— Le Parisien - Sports (@LeParisienSport) 23 Mai 2015

Vendredi soir, à 21 heures, Chavancy va vivre un nouveau moment fort en émotion face au Stade Français, le grand rival de toujours. « Le fait que ce soit un derby ajoute un peu plus de piment à ce match de barrage, reconnaît celui qui a déjà connu deux demi-finales (2011, 2014). Mais ce sera un match très engagé comme aurait pu l'être n'importe quel déplacement. La seule différence avec un voyage à Toulouse, c'est que c'est plus près pour nous, donc plus pratique. »

De sa voix toujours douce, Chavancy explique qu'il s'attend à un défi très tendu et électrique dans trois jours à Jean-Bouin. « Depuis que nous sommes remontés en Top— (NDLR : en 2009), nous avons eu de très beaux derbys mais jamais un match à la vie, à la mort. » S'il sait que les deux équipes auront beaucoup à perdre, il juge néanmoins que le Stade Français part largement favori du fait de sa saison et de l'avantage de jouer à domicile. « Donc la pression sera plus du côté du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant