RUGBY. Avant de défier l'Ecosse, les Bleus bossent dur

le
0
RUGBY. Avant de défier l'Ecosse, les Bleus bossent dur
RUGBY. Avant de défier l'Ecosse, les Bleus bossent dur

«Je ne sais pas ce qu'ils cherchent ? A ce qu'on ait un AVC pour que ça fasse les gros titres peut-être...» En s'asseyant péniblement sur un tabouret de l'amphitéâtre de Marcoussis, Yoann Maestri manie le second degré. Le deuxième ligne du XV de France a terminé, quelques minutes plus tôt, une nouvelle séance du fameux wattbike, ce vélo d'entraînement qui fait tant souffrir les Bleus depuis le stage à Tignes, en juillet. En alternant prise de pâtes de fruit et gorgées d'eau, Maestri ajoute en souriant : «Ils sont en train de me donner goût au vélo... Non, je plaisante !»

#XVdeFrance Ateliers spécifiques pour les Bleus cet après-midi. J-5 avant #FRAECO! #soutienslexv pic.twitter.com/GTVeX1DGfs— FF Rugby (@FFRugby) 31 Août 2015

A cinq jours du dernier match de préparation du XV de France, contre l'Ecosse, samedi, au Stade de France, les Bleus poursuivent donc leur montée en puissance physique. «Ça tire énormément, grimace le talonneur Guilhem Guirado. Mais on sait que cela doit nous permettre d'enchaîner un maximum d'efforts lors du premier bloc des quatre premières semaines de la Coupe du monde (NDLR : qui débutera le 18 septembre). On fait confiance les yeux fermés aux préparateurs.»

Dans le même temps, les Français ne négligent pas le rendez-vous face aux Ecossais. «France - Ecosse, c'est peut-être un moins scintillant que France - Angleterre, mais le match sera tout aussi dur, voire plus dur, prévient Maestri. Les Ecossais viennent d'enchaîner trois matchs dont une belle victoire face aux Italiens (48-7) pendant que nous étions en repos. On sait aussi comment leur entraîneur Vern Cotter (NDLR : l'ancien entraîneur de Clermont) va les préparer. Et, nous, on n'a pas la marge pour se permettre quoi que ce soit.»

 

Quand les rugbymen accueillent les basketteurs

A noter qu'à l'initiative de leur équipementier commun, les rugbymen ont accueillis, ce lundi matin, à Marcoussis, leurs homologues ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant