Rueil-Malmaison : la fausse affiche présidentielle de Macron

le , mis à jour à 08:11
0
Rueil-Malmaison : la fausse affiche présidentielle de Macron
Rueil-Malmaison : la fausse affiche présidentielle de Macron

En passant dimanche place de l’Horloge, derrière la gare de Rueil (Hauts-de-Seine), Hector, jeune journaliste de 24 ans, a bien cru tenir un « scoop ». Sur la façade d’un immeuble, une grande affiche avec, en majesté, le portrait du ministre de l’Economie, fixant les badauds de ses yeux clairs. Et une inscription, tout aussi claire : «En Marche ! (le nom du mouvement lancé par Macron début avril)» QG de campagne d’Emmanuel Macron 2017».

Certes, l’ambition Macron va toujours là où on ne l’attend pas, et la probabilité qu’il se lance dans la course à la présidentielle ne fait plus ricaner... surtout pas François Hollande, qui a dû composer ces dernières semaines avec les audaces de son fils spirituel. «J’ai failli me faire avoir, l’affiche est tellement bien faite», sourit Hector, qui y a quand même regardé de plus près... et aperçu en petits caractères : «Dès que ses ambitions se seront essoufflées, on ouvrira une boutique Bagelstein.» Ce qui sera fait - au moins pour l’ouverture du magasin - dans une dizaine de jours.

L’enseigne de sandwichs, qui surfe avec gourmandise sur la com’ irrévérencieuse, avait déjà utilisé l’image de Nicolas Sarkozy ou de Valérie Trierweiler. «Disons qu’Emmanuel Macron est un très bon produit d’appel en ce moment, on parle beaucoup de lui », justifie au « Parisien » Gilles Abecassis, cofondateur de Bagelstein. C’est ce qu’il a notamment expliqué au cabinet du ministre de l’Economie, qui l’a contacté en milieu de semaine. Dans l’entourage du locataire de Bercy, on n’a pas vraiment goûté à ce détournement plus vrai que nature. «Ils nous un peu reproché d’avoir utilisé son image, mais ils ont été plutôt sympa, et nous ont demandé de retirer l’affiche.» Ce qu’Abecassis a promis de faire... dans quelques jours. «C’était un clin d’oeil. J’espère qu’ils ne nous colleront pas un procès pour ça... ou un contrôle fiscal », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant