Rudi a appris de ses erreurs, la Lazio entre regrets et espoirs

le
0

Ce lundi, la Lazio s'est inclinée 2-1 lors du derby romain. Une défaite amère, d'autant que les Laziali se savaient plus forts que leurs adversaires. Oui, mais en cela, Rudi Garcia a parfaitement interprété le match. Et a appris de ses erreurs passées.

Au lendemain d'une défaite lors d'un derby, il est humain de se raccrocher à tout ce que l'on peut pour se dire que "non, ce n'est pas si grave". Au vrai, une défaite lors d'un derby romain fait toujours mal. Peu importe le score. Un 2-0 sec, un 4-1 violent, un 1-0 avec un but à la dernière seconde. Elle fera mal, toujours. Parce qu'il faudra vivre avec les railleries du voisin au moins jusqu'au prochain derby et parce que voir l'ennemi heureux, c'est toujours un crève-cœur. Ce lundi, la Lazio a perdu le derby de Rome. Elle devait le gagner. Elle aurait dû le gagner. Depuis le début de la phase retour, tous s'accordent à dire que l'équipe de Pioli pratique, avec la Juventus, le plus beau football d'Italie. Les statistiques étaient d'ailleurs là pour le rappeler : au moment d'affronter le premier derby de la saison, le 11 janvier dernier, la Roma comptait neuf points d'avance sur la Lazio. Lundi, au coup d'envoi, de ces neuf points d'écart, il n'en restait plus qu'un. Preuve de la magnifique deuxième partie de saison des Biancocelesti, et, à l'inverse, de la calamiteuse deuxième partie de saison des Giallorossi. Oui mais voilà : un match, et encore moins un derby, ne se gagne pas avec ce qui a été produit avant. Il se gagne sur 90 minutes. Il se gagne parce qu'on a su lire le match avant de le jouer. Et à ce petit jeu-là, c'est la Roma qui s'est imposée. En conférence d'après-match, Stefano Pioli aura beau dire "qu'il n'a rien à apprendre de Rudi Garcia", la réalité de ce derby dit l'inverse. Car Pioli a bel et bien une chose à apprendre de Garcia : savoir s'adapter à l'événement, à l'adversaire, et jouer en conséquence.

D'abord Chiellini, ensuite Mapou


Le coup de massue est évidemment terrible pour les Laziali. De potentiels deuxièmes, ils se retrouvent à devoir défendre la troisième place le week-end prochain dans l'enfer du San Paolo. Et autant le dire, c'est loin d'être gagné. C'est là où le bât blesse pour l'entraîneur laziale. Oui, son équipe voulait gagner le derby pour être deuxième. D'ailleurs, aucun supporter n'aurait signé pour un match nul lorsque, pendant la semaine, quelqu'un a commencé à parler de "biscotto". Sauf que sa Lazio n'est pas entrée sur le terrain avec le bon état d'esprit. La Roma, elle, était venue là pour prendre ce point qui lui aurait quasiment garanti la deuxième place au vu des affiches…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant